AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Mer 9 Juil - 22:11

Anaïs dessinait comme à son habitude dans la neige, en face du lac. Elle n’avait pas froid, et s’était normal.

La dernière fois elle avait essayé de dessiner le lac et les jeunes élèves qui faisaient une bataille de neige, cette fois ci elle essayait de dessiner le Saul cogneur qu’elle apercevait au loin. Il était recouvert de neige, à cette période de l’année il neigeait toujours sur Poudlard et dans un mois et demi se serait son anniversaire, elle était née le 31 décembre. Encore un anniversaire blanc !

Elle aimait bien être seule pour penser, même si la compagnie de ses amies l’enchantait, à certain moment elle avait besoin de calme et de réflexion. C’était dans ces moments là qu’elle devait dessiner. C’était plus fort qu’elle, pour ce concentrer elle devait faire ce geste.

Elle avait autours du coup une écharpe or et noir et une cape d’hiver. Elle avait enlevé ses gants pour pouvoir attraper le crayon, mais ses mains commençaient à prendre une couleur étrange, elle s’était donc décidée à se lever et à se diriger vers un endroit plus chaud pour mieux dessiner et surtout ne pas tomber malade. Anaïs plaça son carnet et son crayon dans une des poches de sa cape, elle tapa ensuite sur sa jupe pour enlever la neige et se dirigea vers la grande porte.

Même les plus courageux élèves ne s’étaient aventurés dehors par ce temps. Elle était donc seule dehors en train de marcher dans la neige qui étouffait le moindre bruit. Une fois arrivé à la grande porte, on pouvait entendre de l’extérieur les rires et les discutions qui se déroulaient dans le hall.

Anaïs le traversa difficilement et monta les escaliers en direction de sa salle commune mais elle croisa Peeves en chemin, elle tourna alors aussitôt les talons avant qu’il ne l’a voit en se dirigeant vers un autre lieu. Les escaliers qui bougeaient toujours comme bon leurs semblaient la déposa vers le couloir qui menait à la bibliothèque… Pourquoi pas ? Il y faisait chaud, il n’y avait pas beaucoup de monde et surtout des tables et des chaises. Elle pourrait empreinte un livre au passage.

Elle poussa la lourde porte de bois et ouvrit les yeux en s’apercevant qu’il n’y avait que très peu de monde. Elle se plaça alors à une table vide y posa ses affaires. Elle n’avait plus envie de dessiner… Alors qu’elle réfléchissait à un éventuel livre qu’elle pourrait prendre, la porte s’ouvrit…










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 31
Humeur : :P Dragueuse


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Poursuiveur
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Jeu 10 Juil - 3:38

Sommeil, Sommeil ! Pourquoi viens tu toujours au mauvais moment ! L'humeur en était bien plus irritable. Heureusement que c'était le week end et que Gab pourrait faire une grasse matinée tranquille ! Tranquille ? humm c'était vite parlé . Alors qu'il s'endormait paisiblement pour une fois vu que les nuits du jeune rouge et or étaient très active. Ah quel calme seul les oiseaux chantaient il n'y avait personne et bizarrement le jeune blond se sentit soulagé d'un grand poids. Il fallait dire que c'était à cause de sa soeur qu'il ne dormait pas très bien. C’est sur que quand on était samedi et qu'on était réveillé en Fanfare. On était pas toujours de bonne humeur

" Grand frère debout ! T'as promis qu'on jouerais ensemble "

C'était la phrase qu'elle répétait souvent, comment ne pas faire des insomnies après ça ? Mais d'un côté ça lui manquait...oui cela faisait 7 ans que le jeune Gabriel n'avait plus revue sa soeur, sa seule famille encore vivante, enfin si on ne compte pas l'enflure de père qu'ils avaient et qui avait tué leur mère bien évidemment ! Gab imaginait chaque jour à quoi elle pouvait ressembler, elle devait être belle c'était certain. Elle était son ange quand elle était petite, ses jolies petites boucles dorées qui la rendait à croquer. Rien que d'y penser, gab en avait la coeur perdu. Il était allongé sur son lit à Baldaquin, les yeux légèrement fermés, le sommeil allait enfin le gagner quand soudain la porte claqua. et apparut l'un de ses camarades de chambre que gab appréciait mais parfois trouvait lourd

" Hein ? Ben alors Gab !!! Il fait super beau ça va pas de rester dormir ? "

Il se jeta sur lui de façon à le réveiller, il le repoussa ce qui fit tomber Peter au sol

- Non mais t'es MALADE OU QUOI ?

Eh oui ! -_- Si il y avait bien une chose que Gaby détestait, c'était qu'on le tire du lit et qu'on le réveille !

- Je te signalerais que c'est le week end !

" Oui mais bon t'as eu toute la nuit pour dor... eh où tu vas ? "

Gab s'habilla énervé de son jean et son t-shirt bleu (comme sur l'avatar). Il prit son sac et sortit en claquant la porte. Non mais il se prenait pour qui Peter ? Ce n’était pas un coq ! Ce n'était pas un réveil. Il n'avait pas le droit de le réveiller de cette façon, il partit vers la grande salle pour prendre son petit déjeuner enfin... déjeuner était plus précis vu qu'il était 12h passé ! Il mangea rapidement vu qu'il n'avait pas faim et décida de se diriger vers la bibliothèque quand une fille lui saute dessus. Il la reconnut tout de suite ! D'abord Peter ? Ensuite elle ? Non mais qu'est qu'il avait tous ?

" Gaby chéri je t'ai cherché de partout ! "

Il ne la regarda même pas

- Tu n'étais pas obligée !

Il la repoussa légèrement et lui sortit une excuse mais elle voulait venir avec lui quand il la fit reculé contre le mur et de son regard noir vu qu'il n'était vraiment pas d'humeur

- Ne me cherche pas aujourd'hui ! Je ne suis pas de bon poil Ella !

Il s'enleva et partit vers la bibliothèque, C'était vraiment pas sa journée le pauvre ! Quelle souffrance, heureusement que les livres étaient là sinon il ne pourrait pas calmer l'amertume de son sommeil interrompu, le silence dans le couloir quand il emprunta les " Je n'en fais qu'a ma tête xD ". Heureusement pour lui, il atterrit à la bibliothèque ! Elle était parsemée de livres, d'un côté si une bibliothèque n'était pas parsemée de livres c'est qu'il y avait vraiment un grand problème -_- . Il poussa la porte massive de bois et fut surpris ? Il n'y avait personne appart quelques serdaigles. Et si il croisait un Serpentard c'est que vraiment il serait en train de rêver ! Oui c'est ça il rêve ! Se pincer serait une bonne idée ? Non la journée était comme les autres ! Il ne rêvais pas c'était certain. Bon alors quel livre allait t'il bien prendre, il s'approcha du rayon des livres de défenses contres les forces du mal, il tomba sur un livre ou l'on évoquait les vampires ! Au moment ou il le prit, l'étagère de bois ancien et très vieux se mit à craqueler, du coup toute une rangée de livres tomba au sol

* Ou je suis maudit ou alors c'est que quelqu'un m'a jeté un sort *

" Jeune Homme ! Ne pouvez vous pas faire attention ??? "

Cria la bibliothécaire, nommée Madame Pince !

- Euh c'est pas moi... c'est l'étagère, elle s'est craquée...

" Et en plus vous osez remettre en cause la bibliothèque ! "

Il serra les poings et réussi à articuler d'une voix neutre

- Excusez moi....

Il se pencha alors pour ramasser les livres, il en avait pour une heure seule, il y avait quand même 70 bouquins là ! Un autre étagère craqua, il soupira cette fois madame Pince n'avait rien entendu, rectifions il y avait 140 bouquins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hsm-rpg.chocoforum.net
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Jeu 10 Juil - 19:00

Anaïs était toujours en train de réfléchir à un quelconque livre qu’elle pourrait emprunter, ce qui était assez difficile puisque que pendant ses 7 années à Poudlard elle avait réussit à lire les livres qui lui semblait les plus intéressants. Peut être quand allants dans la réserve… Non, elle n’y était jamais allée et elle n’irait jamais, enfin si… Elle y était déjà allée une fois pendant sa 3ème années avec deux amies pour voir à quoi elle pouvait ressembler, mais le faîte qu’elles ai faillit être repérées part Rusard les avaient calmée sur leurs sorties nocturnes dans la bibliothèque. Un garçon de Gryffondor, de la même année qu’elle, entra, ce qui l’a fit sortir de ses souvenirs. Il s’appelait Gabriel, un grand blond aux yeux bleus. Il se dirigea vers les livres de défense contre les forces du mal. Mais quand il voulu prendre un des livres disposés sur l’étagère, le bois craquela et toute une rangée tomba. Il y avait plus d’une soixantaine de livre par terre, c’était impressionnant ! Heureusement que le jeune blond n’était pas dessus car le choc aurait été violent…

Madame Pince, était toujours là où il fallait et elle ne le rata pas… Si il y avait bien une femme qu’Anaïs ne pouvait supporter, c’était bien la bibliothécaire ! Et pourtant la Poufsouffle était très sociable et n’avait quasiment aucun ennemi. Le jeune homme venait de s’excuser… Même avec son légendaire calme Anaïs lui aurait déjà crié ses quatre vérités quittes à être punit après. Mais il avait sans doute bien fait, car la punition aurait été très sévère.

Anaïs ne pouvait pas rester là sans l’aider, ce serait mal la connaître, elle se leva donc de sa chaise, et enleva son écharpe, ses gants et sa cape qu’elle portait toujours. Quand elle s’approchant du rayon où étaient situés les livres de défense contre les forces du mal une deuxième rangée de livre tomba et la jeune jaune sursauta, Le rouge et or n’avait vraiment pas de chance…

Une fois devant le tas de livre, elle sortit doucement sa baguette de sa poche :


- Chut ! chuchota t’elle avec un clin d’œil, Reparo !


Les deux étagères se remirent en places de nouveau prêtent à accueillir le poids de différents livres. Restait il encore tous les bouquins éparpillés sur le sol à ramasser. Elle se retourna et jeta un coup d’œil à Madame Pince qui était trop occupée à s’acharner sur des premières années pour s’apercevoir qu’elle venait d’utiliser la magie dans sa précieuse bibliothèque ! Mme Pince avait toujours détesté que l’on maltraiten ses livres alors sortir sa baguette était forcement signe que l’on voulait en viser un ! Bien sûr personne n’avait jamais eu l’idée de lancer un sort sur un livre devant elle, il fallait vraiment être fou. Sans compter que la bibliothécaire donnait l’impression qu’elle n’aimait pas les enfants en général… Elle était d’ailleurs toujours en train de s’acharner sur les pauvres Serdaigles qui avaient osé rendre leurs livres avec deux jours de retard. A cette vision elle roula ses yeux et se retourna vers le Gryffondor avait un sourire bienveillant.


- Je vais t’aider ! Rajouta t’elle avec un sourire en se baissant pour ramasser un livre sur les diverses créatures qui peuplaient autrefois le monde magique.


Ca irait sans doute plus vite si ils si mettaient à deux… Et puis Anaïs était tout à fait du genre à aider son prochain dans n’importe quelle circonstance…


- Je m’appelle Anaïs Mckoyeur, 7éme année de Poufsouffle.


Peut être qu’il ne l’a connaissait pas, après tout c’était la moindre des politesses de se présenter.










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 31
Humeur : :P Dragueuse


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Poursuiveur
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Jeu 10 Juil - 20:45

Dur, dur la vie d'un étudiant ! Pourquoi faut il que la journée se passe ainsi ? D'habitude c'était gabriel qui faisait les mauvais tours en faisait des âneries mais alors là ! Déjà rien d'une que l'étagère ! La deuxième décide de s'y mettre aussi ! Mas dans quel monde on vit ! ? Si madame Pince l'aimait tant sa bibliothèque pourquoi elle ne bichonnait pas le bois ? A croire qu'elle n'avait pas changer les étagères depuis 20 ans, non mais ?! Et en plus, elle osait passer ses torts et ses erreurs sur le pauvre rouge et or ! De toute façon, le jeune blond n'avait jamais aimé cette femme et ce depuis ce fameux jour !

Flash back :

Gabriel Jones était arrivé à l'école de Poudlard, ou il avait été réparti à Gryffondor, Il était en première année et il avait déjà pas mal de devoir aux différentes matières ! Mais bien sur Gab à cette époque n'était pas si méchant et rebelle. Au contraire, d'ailleurs il évitait de se faire remarquer rien qu'a l'impression de la première année. C'était normal après tout ! Les élèves de première année se doivent de se tenir correctement à carreau. Les punitions tombaient vite si ce n'était pas le cas ! Donc le jeune rouge et or était un être tout à fait angélique ! C'est Peter qui l'a détourné du droit chemin xD ! N'arrivant jamais à travailler dans le calme que ce soit dans la chambre ou dans la salle commune, les endroits ou son temps de réflexion étaient légèrement restreints ! C'est comme si on lui coupait l'herbe sous le pied ! Il y avait un endroit très peu fréquenté des perturbateurs ! La bibliothèque. Un endroit calme, paisible où il pourrait trouver la sérénité et l'harmonie !

Il s'était dirigé vers une bibliothèque quand l'étagère avait craqué ! Première faute. La bibliothécaire l'avait vite remis à carreaux ! En lui faisait rappeler que c'était un endroit calme et qu'on ne devait pas s'armer à détruire l'ordre et le rangement ! Non mais quelle plaie !!! Il attrapa donc son livre sur les lutins, il avait commencé à lire et sortit sa baguette pour la poser sur le sol quand madame pince mis son grain de sel


" Ca fait 2 fois que je vous reprends Mr Jones ! Au bout de la troisième je vous exclus de la bibliothèque ! "

- Mais je n'ai rien fait ! Je l'ai juste posée

" Et ça cherches encore des excuses ! "

Fin flash back !

Gabriel ne pouvait décidément et définitivement pas supporter cette femme avec ses lunettes de bigleuse et son air à la Rita Skeeter qui avait déjà embêté une fois le jeune blond par rapport à sa famille, il s'était même retenu de la frapper et était passé dans la gazette. Bon trêve de pensées et de bavardages ! Il fallait qu'il commence à ramasser, mais d'abord il fallait réparer les étagères ! Il aperçut alors une charmante jeune femme portant les couleurs du Jaune et noir, elle avait dit chut avec un clin d'oeil! Le jeune homme fut surpris de cette expression et la regarda avec un sourire, faire ! A en juger par son attitude de tenir sa baguette, elle était en 7 ème année !

Elle se baissa en lui disant qu'elle allait l'aider

- Merci c'est très gentil!

Dit t'il avec un charmant sourire ! Bizarrement sa mauvaise humeur s'était envolée d'un coup de baguette magique, à croire que cette jeune femme avait un certain pouvoir sur elle . Il se releva et remit quelques livres sur son étagère, petit à petit La belle blonde se déclina. Anaïs McKoyeur ? Ce nom lui disait quelque chose !

- C'est donc toi la fameuse Anaïs de Poussoufle dont n'arêtes pas de me parler Peter ? Enchantée de te rencontrer charmante princesse ! Gabriel Jones, 7 ème année à gryffondor ! Mais peut être le sait tu déjà ?

Il la regarda dans les yeux en plongeant son regard océan dans ses yeux à l’éclat de couleur chocolat noisette qui avait l'air appétissant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hsm-rpg.chocoforum.net
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Ven 11 Juil - 16:40

Le jeune homme la remercia en la gratifiant d’un magnifique sourire, il n’y avait vraiment pas de quoi ! Elle était à Poufsouffle après tout… Elle se devait rien que part sa maison aider les autres, et puis elle en avait vraiment envie ! La fameuse Anaïs dont parlait… Peter ? Celle ci sourit, Peter était un garçon… très charmant bien sûr mais quelque peu… collant ? Oui c’était le mot, il trouvait toujours un moyen pour lui parler ou pour rester avec elle…

~ Souvenir…



Anaïs venait de traverser la moitié du château et elle était vraiment fatiguée, elle était, il y a quelques instants, en cours de botanique et elle avait du se rendre à un cour qui avait été reporté sans qu’elle le sache, c’est à ce moment là qu’elle croisa Peter… Elle détourna vite les talons mais celui-ci la rattrapa :


- Hey ! Salut toi !


Toujours cette façon de l’aborder comme si elle était son meilleur « pote », mais bon, elle se demandait parfois si le rouge et or s’en rendait compte…


- Alors, quoi de neuf ?


Anaïs soupira… Il devait vraiment la prendre pour un ami… Et pas une fille…

- Ho, Bonjour Peter ! Et bien… J’ai traversé la moitié de Poudlard pour apprendre que le cours d’étude des moldus était déplacé à la semaine prochaine !



Le fameux Peter écarquilla les yeux et demanda :


- Etude des moldus ? Il me semblait pourtant que tu étais de sang mêlé…


Anaïs soupira une nouvelle fois, certaines choses ne se disaient pas… Elle allait devoir lui raconter sa passionnante vie.


- Mon père est moldu… Mais j’ai toujours été élevée dans la magie donc je voulais en savoir plus, bien sûr je connais mes bases du monde moldu, ce qui me sert beaucoup pour les cours !


Anaïs espérait que cette réponse lui aurait suffit et qu’il allait la laisser repartir vers sa salle commune.


- Et bien, et bien ! Et vous voyez quoi en ce moment ?


Elle n’allait quand même pas lui raconter tout un cour ? Elle allait essayer faire au plus simple :


- Les contes… C’est très intéressant de voir comment les moldus imagine la magie ! Mon père m’en lisant quand j’étais petite… Il y en a un qui porte ton prénom… Peter Pan !


Elle n’avait pas pu s’en empêcher.


- Ha ? Et il parle de quoi ?


Anaïs sourit, apparemment il ne le connaissait pas, et c’était normal ! Elle essaya de se remémorer la phrase exact du professeur, celle-ci avait sa manière bien à elle d’expliquer les choses, elle était très terre-à-terre !


- « Peter Pan, le petit garçon qui ne voulait pas grandir dans sa tête et qui se créait un monde imaginaire où un homme avec un crochet fait régner le mal ! On peut donc en déduire qu’il était fou, lui et son amie imaginaire volante ! »


Anaïs ne pu s’empêcher de rire, elle n’était méchante et lui avait seulement dit ça pour s’amuser.


- Je te le prêterais, si tu veux ! Bon, je dois y aller, à bientôt… Peter Pan !


Rajouta t’elle avec un sourire en faisant demie tour.

~

Anaïs leva les yeux au ciel, notre bon ami Peter ! Que de souvenirs…


- Ho, cela ne m’étonne pas vraiment… Peter est très…


Elle s’arrêta, elle ne savait même part quoi continuer…


- Enfin bref… Cela ne m’étonne pas. ^^


Continua t’elle avec un sourire amusé. Il rajouta qu’il était enchanté de la rencontrer puis il se présenta.


- Moi de même ! Je savais plus ou moins qui tu étais…


Le regard de Anaïs croisa celui de Gabriel, il avait vraiment des yeux magnifiques ! Elle resta dans son regard bleu clair, qui était vraiment envoûtant. Elle aurait pu rester comme ça un long moment, mais Anaïs tourna son regard et ramassa un autre livre pour le poser sur l’étagère. Elle et Gabriel continuèrent à ramasser les bouquins éparpillés sur le sol. La jaune se retourna pour regarder Mme Pince, elle ne s’occupait pas d’eux, elle était assise à son bureau et elle lisait un livre énorme qu’elle avait sans doute déjà lu trois fois. Elle voulait attraper un livre mais elle effleura la main du Gryffondor, elle resta un moment à contempler les deux mains qui étaient l’une sur l’autre avant de se rendre compte de ce qui se passait… Elle leva alors ses yeux vers ceux de Gabriel et retira doucement sa main mais elle ne rougissait pas, Anaïs ne rougissait que très rarement, elle savait à peu de chose près contrôler ses émotions. Bien sûr parfois elle ne pouvait s’empêcher de rougir, elle était une humaine après tout, mais c’est que vraiment elle était prit de court…


- Je suis … désolée !


Elle avait quand même réussit à articuler quelques mots, elle ne pouvait pas faire mieux. Bien qu’elle ne rougissait pas, elle était assez troublée, elle lui avait juste touchée la main pourtant… Mais, elle ne savait pas expliquer ce qu’elle avait ressentie, c’était très… étrange…










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 31
Humeur : :P Dragueuse


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Poursuiveur
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Ven 11 Juil - 21:32

Comment oublier cet instant, ce moment d'une parfaite joie et d'un parfait bonheur ! Il s'en souviendrait toute sa vie, il était l'un des plus drôles ! Et c'est d'ailleurs la première fois depuis toutes ces années que le jeune blond terrorisé par son passé d'état d'âme ! Un passé lourd et fragile ! La vie de Gab n'avait jamais été très gratifiante et il ne fallait vraiment pas le féliciter ni l'envier ! Peter avait fait de sa vie quelque chose d'un peu plus joyeux et c'est grâce à lui et à sa soeur qu'il est un peu plus gentil et aimable envers les autres ! Il faut dire qu'il avait bien compris la morale depuis le temps ! On lui rabattait sans cesse la même chose et sa soeur le frappait pour qu'il comprenne ! Le pauvre, il n'avait vraiment pas de chance !

" Gab c'est pas en tirant une tête pareille que les gens t’apprécieront "

" Gabby grandis bon sang ! Sors de ta bulle ! "

Sortir de sa bulle ? Et si il n'en avait pas eu envie d'abord ? Et qu'est que ça voulait dire être dans sa bulle ? Etre toujours replié sur soi-même ! Restez comme un loup solitaire ? N'adressais la parole à personne ? Non gab n'était plus dans sa bulle mais il se mit à se souvenir de ce fameux jour ou il avait apprécié Peter et qui avait su cassé la barrière et les chaînes de la rédemption qui l'emprisonnait !

Flash back :

C'était la nuit, il était plus de minuit et le jeune rouge et or n'arrivait pas à dormir, trop de pensées se bousculant dans sa tête, encore ses insomnies ! Il décida donc d'aller dans la salle respective, pour éviter de réveiller ses camarades de chambres et de leur gâcher la nuit comme la sienne, il descendit en colimaçon les marches et pénétra da la pièce légèrement chauffer par le petit feu de bois qui apportait le confort en cette période d'hiver. Alors qu'il allait s'installer tranquillement avec son livre de philosophie en main, son regard se porta sur un livre posé sur la table de bois ébène, C'était un assez gros livre, il regarda le titre " Peter pan " ! Original comme titre, il se saisit du livre et lit le résumé ! Ça avait l'air intéressant ! Alors qu'il s'apprêtait à prendre le bouquin pour le lire, il entendit une voix !

" Euh c'est mon bouquin ! "

- Ah excuses moi Peter !

" Ce n'est rien ! C'est la fille dont je t'ai parlé qui me l'a prêté, elle m'a dit que je ressemblais beaucoup à Peter pan ! Un garçon qui vis dans son monde imaginaire "

Gab le regarda et se mit à rire quand il fit l'enfant, non en faites il se mit plié de rire, il frappait même sur la table ! Peter était étonné de son expression vu que Gab n'était pas un homme très expressif et se mit à rire avec lui.... ça avait été l'une des nuits les plus folles, ils s'étaient mis à lire ensemble Peter pan et quand il y avait certains passages Peter les interprétait donc depuis il le surnommait Peter pan ! xD

Fin du flash back !


Il ramassait tranquillement ses livres quand Anaïs lui dit qu'elle le connaissait plus ou moins... Il ne voulut pas paraître curieux même si il avait envie de savoir la raison ! Mais d'un côté il s'en doutait ! Il avait été nommé dans la liste des plus beaux garçons de Poudlard, il souria à cette idée, il n'aimait pas se vanter mais son côté de dragueur lui avait donné du franc succès ! Et en ce moment le jeune blond avait besoin de faire une pause méritée sur ses attentes amoureuses ! Pourtant cette Anaïs dont lui parlait tant Peter, il avait toujours rêvé de la voir ! Pour voir si elle était si belle qu'on le disait ! Et il comprenait très bien pourquoi Peter avait craqué ! Il était d'une rarissime beauté, Telle une rose magnifique ! Il plongea son regard et reporta son attention sur ses livres quand il aperçut le regard de cette dernière ! Par manque d'idnavertance et de pur hasard tout les deux tombèrent sur le même livre, leur mains se touchèrent, ce contact l'avait fait frissonné d'une impulsion nouvelle, elle avait la peau douce, on aurait dit de la soie ! Il la regarda un instant de ses yeux bleus, son regard chocolat était à croquer, le fondant qui s'y glissait rendait le jeune homme fou et contrôlé ! Elle lui dit qu'elle était désolée, il se mordit la lèvre pour reprendre ses esprits et se releva pour remettre des livres

- Ce n'est rien voyons !

L’Etrange impression et nouement d'estomac qu'il avait lui fit comprendre que quelque chose de nouveau venait rendre place mais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hsm-rpg.chocoforum.net
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Lun 14 Juil - 18:01

Anaïs sentait encore le frissonnement qu’elle avait eu dans le dos et quand son cœur s’était emballé. La dernière fois qu’elle avait eu ça s’était… S’était il y a vraiment très longtemps, elle devait avoir dix ans et elle avait demandé à sa mère si elle était malade, celle-ci lui avait répondu qu’elle était amoureuse.

La jaune écarquilla les yeux, non, elle n’était pas amoureuse ! Parce que premièrement elle venait juste de le rencontrer et parce que deuxièmement, elle n’en avait pas le droit. Ce n’est pas qu’elle ne voulait pas, mais elle avait de trop grands projets pour pouvoir faire rentrer l’amour dans sa vie. Toujours son aptitude à se précipiter qui se réveillait, ce n’est pas parce qu’elle lui avait touché la main qu’elle allait tomber dans ses bras... Elle ne devait pas, elle ne pouvait pas ! Pour l’instant, elle devait penser à sa sortie de Poudlard et surtout à retrouver ceux qui avaient fait du mal à ses grands parents, c’était son seul et unique objectif, l’amour n’était pas a prendre en compte.


~ Souvenir

Anaïs sortit d’un cours extrêmement ennuyeux, elle avait besoin d’action ! Elle se retourna pour voir si une de ses amies étaient près d’elle. Elles étaient toujours dans la classe en train de ranger leurs affaires, tant pis, pour une fois elle le ferait sans elles ! Au pire que pouvait elle lui arriver ? Elle se dirigea donc vers la grande porte et couru en direction du parc. Il y avait à Poudlard une sorte de falaise assez profonde, elle se dirigea vers le sommet de celle-ci, une fois rendue au bord elle observa le fond, elle paraissait plus profonde que quand ses amies étaient avec elle. Quiconque tombait n’en ressortait pas vivant, mais cela ne lui faisait pas peur.

Elle prit sa baguette dans sa main gauche et respira un grand coup. Elle ferma les yeux et sauta ! C’est à ce moment là que tout allait très vite, elle devait profiter du vent sur son visage pendant sept secondes, sortir sa baguette en deux secondes et lancer le sort. C’était le moment de lancer l’accio ! Elle prit une grande bouffer d’air et cria le plus fort possible, bien que personne ne puisse l’entendre après l’objet demandé :

- Accio Balai !

Elle attendit trois secondes, il ne venait pas, elle n’avait plus de temps, si elle continuait comme ça, elle allait s’écrasé, voilà pourquoi elle et ses amies le faisaient toujours en présence d’une autre.



- ACCIO BALAI !



Elle cria le plus fort qu’elle pu, mais le point noir à l’horizon n’apparu pas. Elle sourit, elle venait de rater son numéro et c’était la fin. Anaïs n’avait pas peur du tout, c’est pour ça qu’elle laissa ses yeux ouverts, voyant le sol et les rochers se rapprocher de plus en plus et attendant le choc. Un choc qui ne vient pas. Elle fut stoppée en l’air et elle remontait vers le sommet.

Elle atterrit durement sur l’herbe et elle leva son regard vers celui qui venait de la sauver, le soleil cognait à son maximum et la seule chose qu’elle pu apercevoir était qu’on aurait dit un garçon, un garçon a peu près du même qu’elle part rapport à sa taille, mais elle ne pouvait voir son visage. Elle plissa les yeux et ouvrit la bouche pour parler, mais aucun son ne réussit à sortir… Elle entendit alors des paroles, elle les entendit mais elle ne les décrypta pas, elle n’avait même pas entendue ce que la personne qui venait de la sauver venait de dire… Elle était vraiment bête, elle et ses jeux stupides. Elle était sensée n’avoir qu’un but dans la vie, et elle avait faillit ne jamais le réussir en mourrant à cause d’une de ses « aventures magiques ».

- Merci…

Elle ne réussit qu’à bredouiller un seul mot, elle était vraiment nulle… Et en plus elle l’avait dit tellement bas que ce n’était même pas sûr que le garçon en face d’elle ai réussit à l’entendre. Elle baissa les yeux et soupira…

- Fais attention…

Faire attention ? Quand elle releva ses yeux, le garçon n’était plus là, elle ne savait même qui il pouvait être et elle n’avait même pas réussit à lui faire des remerciements à la hauteur de se qu’il aurait pu espérer, il l’avait sauvé de la mort, et elle lui avait dit un simple merci… Elle avait vraiment essayé pourtant mais elle ne revenait toujours pas à la réalité. Pour elle, elle était encore en l’air et elle voyait encore le sol se rapprocher. Elle se leva, elle tremblait et elle ne pouvait même pas tenir debout. Elle se laissa donc retomber dans l’herbe, elle ferma les yeux et elle s’endormit. Que pouvait elle faire d’autre ? Rien… En tout cas, elle ne s’amuserait plus à faire ça, elle en parlerait à ses amies et si elles, elles voulaient continuer, et bien qu’elles continuent ! Elle resterait en haut…

~

Anaïs ne savait pas pourquoi elle venait de se souvenir de ça… Ce n’était pas une de ses nombreuses absences, car là, elle s’en était souvenue par elle-même, tandis que quand elle faisait une absence, elle ne les contrôlait pas, des choses qu’elle avait oublié lui revenait en mémoire, mais pendant ce temps là, elle fermait les yeux et elle ne pouvait rien faire d’autre alors que là, elle avait continué à ramasser les bouquins éparpillés un peu partout. Les absences étaient toujours en rapports avec la neige ou ses grands parents et elles étaient toujours très dures à revivre. Mais Anaïs avait prit du plaisir à se remémorer cette chute, et pourtant, il n’y avait rien de fantastique dans le faîte d’être tombée d’une montagne. Mais c’était surtout ce « fais attention » qui l’avait marqué. Elle se mordit la lèvre pour sortir de sa rêverie et ramassa un autre livre qui avait l’air assez intéressant, « Milles et une explications d’épouvantard ». L’épouvantard d’Anaïs avait changé plusieurs fois de formes, quand elle était toute petite, c’était une araignée, puis avec le temps c’était devenu un soleil. Le soleil… Bien sûr elle adorait la lumière ! Mais c’était surtout symbolique, le soleil faisait fondre la neige et la neige était un de ses souvenirs les plus marquants sur le meurtre de ses grands parents. Mais il s’était alors transformé peut après en une tache noir, encore quelque chose de symbolique. Ce qu’il fallait comprendre dans cette tâche, c’était l’incertitude et surtout la peut de la douleur. Anaïs n’osa pas l’avouer, mais c’était pourtant ce qui lui faisait le plus peur, elle avait autant peur de souffrir physiquement puisqu’elle ne savait même plus ce que cela faisait de souffrir, mais elle avait aussi peur de souffrir mentalement, et cela arrivait beaucoup trop souvent…

Elle mit donc le livre de côté. D’ailleurs il n’y en avait presque plus la première étagère était déjà remplit et la deuxième se remplissait de plus en plus. Madame Pince faisait mine de ne pas les observer, elle était très mauvaise comédienne. Elle jetait de temps à autre un coup d’œil furtif sur le, maintenant léger, tas de livre. Ce qui avait le don d’agacer la Poufsouffle, comme si des élèves de 7 ème année ne pourraient pas réussir à ramasser correctement des livres. Et puis ils se débrouillaient assez bien pour l’instant…










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 31
Humeur : :P Dragueuse


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Poursuiveur
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Ven 18 Juil - 2:56

L'incertitude le pesait avec plus de puissance, mais bizarrement petit à petit qu'il regardait son regard d'éclats chocolat, des souvenirs lui revenaient ! Pas des malheureux non au contraires, ceux là semblaient plus gais et plus réjouissants ! Tant mieux pour une fois ce n'est pas des moments de triste solitude ! Ou encore des souvenirs du passé enfouis ! Gab avait d'ailleurs du mal à tourner cette page et tracer une nouvelle route comme on tracerait une ligne sur une feuille de papier ! L'avenir était incertain, tout était neutre et le passé quand à lui était déjà ancré sans demander son reste ! Gab plongeait souvent dans ses souvenirs et ces derniers temps beaucoup plus depuis qu'il la voit elle ! Cette fille aux yeux noisette appétissants qui avait la chance de faire fondre le jeune blond ! Oui Gabirel était un fan de chocolat ! Enfin un mordu plutôt xD ! Voilà que vint l'une de ses absences extrêmement rares ! Tout était noir autour de lui et silencieux

Flash back :

Gabriel n'avait pas passé une excellente nuit comme à son habitude d'ailleurs ! Qu'est qu'il avait en cours ce matin ? Quoi Divination ! ? Bon allez une heure de plus pour dormir ! Oui car le problème avec le jeune rouge et or c'est qu'il n'arrivait à s'endormir que le moment ou il devait se lever ! Le matin quoi xD . Bref pour en revenir au sujet principal ! Gab n'avait pas réussi à se lever ce matin et avait loupé ou plus précisément séché son heure de Divination avec le professeur Trelawney et ses " Tu va mourir dans quelques temps " ! Comme si il n'avait pas assez de problèmes comme ça ! Il ne pouvait vraiment pas voir cette prof surtout depuis qu'elle avait fait la réflexion sur sa famille !

------------

10 h ! Rhaaa maudit réveil ! N'avait t'il donc pas le droit d'avoir la paix 5 minutes ! Bien sur quand ce n'était pas Peter c'était cette imbécile de machine à piles ! Pourquoi l'avait t'il acheté ? Il se demandait bien parfois ! Finalement n'arrivant pas à trouver la sérénité du pays des songes, il se leva en enfilant sa chemise sur son torse musclé, sa cravate et le pantalon noir, les vêtements qui lui servaient d'uniforme ! Le truc incroyable c'est que malgré ses insomnies, Il n'a jamais une seule ride ou les yeux cocards ! Paranormal n'est ce pas ! Il attrapa son sac et sortit par le portrait de la grosse dame, vu que ce n'était pas encore l'heure de son prochain cours, il s’était rendu au parc pour s'allonger dans l'herbe et regarder les nuages ! Quand une silhouette de femme attira son regard près de la falaise...

* Ben voyons ! *

Il était du matin, fallait pas lui en vouloir, il n’a pas eu son café le pauvre xD. Il s'approcha quand il vit la jeune femme sautait dans le vide horrifié

* C'est pas vrai !!!*

Il s'approcha pour tenter de la rattraper, elle avait l'air de remuer des paroles ! Un sort ? Elle était suicidaire ? Il appela son balai et l'enfourcha avant de plonger dans l'abîme profond de la falaise, il accéléra l'allure et l'attrapa en commençant à remonter ! Son balai avait trop pris de vitesse, en remontant et alla s'écraser sur l'herbe ce qui expulsa Gabriel du balai qui tenait la jeune femme dans ses bras ! Aie ça faisait mal en effet, il s'était légèrement coupé au bras et éraflé mais rien de grave ! Il regarda la jeune femme

" Qu'est que vous comptiez faire ! Je ne suis pas d'humeur à voir des gens se suicidaient ! "

Elle baissa les yeux comme si elle était désolée, Gab la regarda un instant et souffla à son tour avant de la serrer dans ses bras et de dire

" Fais attention..."

Il la lâcha, se releva et partit ! Il ne pouvait rien faire d'autre en plus il était encore amoché et avait une belle coupure sur la joue ! Si Peter le voyait, il le tuerait ! >_< ! Il penserait certainement que Gab s'était mis encore à se battre avec les serpentards qui le cherchaient de trop !

----------------

" Mon dieu mais qu'est que t'as encore fait ! T'as vu dans l'état que t'es ! "

Gab était passé à l'infirmerie avant de se faire soudoyer par le grand Peter pan !

" Je n'ai rien fait.....j'ai juste....non rien tu ne pourrais pas comprendre ! "

Ce jour là, Gabriel ne pourrait jamais l'oublier, c'était la première fois qu'il avait eu peur pour quelqu'un !

Fin flash back

A présent, il en était sur ! Il ne pouvait avoir ce genre de souvenir dans une telle situation ! C'était obligatoire ! C'était tout simplement évident ! Elle est la fille qu'il a sauvée, Anais Mc Koyeur ! Il ne pourrait oublier ce regard d'éclats bruns qu'il avait vu la première fois alors que son regard lui ne montrait que de l’inquiétude ! Il était d'ailleurs content d'avoir sauvé la vie à cette jeune fille ! Qui sait ce qui aurait pu se passer si il n'avait pas été là ? Il ne serait certainement pas là en train de ramasser les livres avec elle ! Elle n'avait pas changé, du moins pas dans ses souvenirs ! Elle était et restera la personne qui a fait sortir son côté rustre ! Même si elle ne le savait pas et qu'elle ne l'avait pas fait exprès ! Il continua de ramasser les livres, il n'arrivait pas à la quitter du regard ! Son regard se posa en essayant de s'y détourner, sur madame Pince et l'ensemble de la bibliothèque ! Il continua de ramasser, c'est vrai qu’à deux ça allait plus vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hsm-rpg.chocoforum.net
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Sam 19 Juil - 22:14

Gabriel fixait Anaïs, cela la mettait plutôt mal à l’aise, mais elle n’avait rien à dire puisqu’elle faisait pareille… C’était très étrange, elle avait la nette impression de l’avoir déjà vu, et pourtant elle ne lui avait jamais parlé, pas dans ses souvenirs en tout cas. Mais ils étaient en même année, ils avaient peut être déjà du participer à des même cours, bien que les Poufsouffles étaient plus souvent avec les Serdaigles, mais c’était possible que les Gryffondors se soient un jour retrouver avec eux. Mais elle ne l’avait pas vu à un cours, sinon elle s’en sera souvenue, elle avait une mémoire étonnante, et quand elle oubliait certaines choses qu’il ne fallait pas oublier celle-ci revenaient pendant ses absences.

C’était beaucoup plus difficile à expliquer… Elle continua de ramasser les quelques bouquins qui étaient encore au sol en s'efforçant de trouver où elle avait déjà pu lui parler. Mais rien ne lui revenait, enfaîte, se n’était pas son visage qui lui rappelait des souvenirs, c’était sa voix. Plutôt douce, et assez masculine, mais aussi rassurante. Et c’est ça qui lui paraissait étrange, sa voix était rassurante… Puis Gabriel ne bougea plus. Anaïs ne connaissait que trop bien ce qui se passait. Il était en train de faire une absence, elle ne devait surtout pas le réveiller, la seule qui personne qui l’avait réveillé lors d’une de ses troublantes absences ne lui avait plus jamais reparlé, elle ne la regardait plus, elle ne parlait plus d’elle. Mais le pire c’est que Anaïs ne se souvenait même pas de ce qu’elle lui avait fait… Pas super pour s’excuser. Oui, parce qu’Anaïs n’était pas du genre à faire quelque chose qu’elle n’aurait pas forcement voulue et de ne pas s’excuser après.

Gabriel sortit soudain de son absence, déjà il n’était pas terrorisé comme l’était Anaïs, c’est que son souvenir n’était pas mauvais. Elle ramassa un autre livre puis s’arrêta dans ses mouvements. Le livre s’échappa de ses mains. Elle savait où elle l’avait déjà vu ! Elle en était sûr maintenant *fait attention*. C’était lui ! Gabriel Jones, le nom qu’elle avait toujours voulu savoir. Elle était en ce moment même en train d’aider la personne qui lui avait sauvé la vie. Et elle resta là, sans rien faire, à le regarder. Mais qu’est ce qu’elle pouvait faire ? Qu’est ce qu’elle pouvait dire ? Peut être qu’il ne se souvenait même pas d’elle, et elle n’avait pas du lui faire plaisir en lui disant un simple merci pour le remercier. Non, on se souvient forcement quand on sauve la vie à quelqu’un. Mais si ce n’était pas lui ? Si, elle en était sur, elle n’avait pas vu son visage, mais elle se sentait bien quand il parlait, comme la fois où il lui avait dit de faire attention. Elle se leva

Et elle resta un moment les yeux dans le vide. Elle se rapprocha de Gabriel et s’accroupit juste à côté de lui. Elle le serra dans ses bras. C’était bête oui, mais elle en avait envie. Elle le serra et lui souffle à l’oreille :


- Je te remercie, je te remercie tellement…


Il allait peut être la repousser, mais Anaïs n’en avait rien a faire, elle devait le remercier. Elle le voulait tellement depuis longtemps. Elle pensait souvent à lui, et elle se sentait en dessous de tout. Que pouvait il penser sur elle ? Qu’elle avait voulu mourir ? Bien sûr que non, mais il ne peut pas vraiment le savoir. Alors elle le serra tout simplement et elle se sentait si bien en ce moment là…










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 31
Humeur : :P Dragueuse


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Poursuiveur
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Dim 20 Juil - 0:41

L'absence dura pas mal de temps ! Comment avait t'il pu oublier cet instant qui lui avait été le plus précieux de l'univers ! C'était la première fois qu'il s'était inquiété pour quelqu'un, la première fois qu'il avait sauvée la vie à une jeune femme ! Il pouvait être considéré comme un héros, il n'aurait jamais accepté ce titre ! On lui aurait dit qu'il était un prince charmant, il se serait plutôt pris pour un simple valet ! Non gab n'était pas du genre modeste et vantard en criant sur tous les toits qu'il avait sauvé quelqu'un ! Pour lui c'était tout à fait normal, aucun être vivant ne mériterais de mourir et surtout pas cette femme aux yeux chocolats qui avait tenté de mettre fin à ses jours ! Ou alors étais ce peut être un malentendu ? Qu'elle n'avait pas souhaité cela et que c'était un erreur ! Il n'avait vu personne la poussé, elle avait sauté d'elle même ! Ou alors avait t'elle été manipulée ? Le jeune blond se mordit la lèvre tellement sa curiosité poussait à un développement ! Il devait se retenir, il ne pouvait pas lui demander ça ne faisait pas vraiment très gentil si ils posaient des question du genre " ça t’arrive souvent de sauter des falaises ! ?" ou encore " Tu aimes bien te suicider toi ? " ! Non ça ne le faisait pas du tout ! Et puis il n'était pas du genre à poser des questions aussi humoristiquement noires ! La terre et le ciel n’avaient jamais semblé être si proche durant l'instant ou son regard avait croisé le sien !

Malgré les mots qu’il aurait tant voulu dire mais qui ne sortaient pas, il continua de ramasser les livres ! Une étagère d remplie c'était déjà pas mal pour un début surtout qu'une étagère c'était long, il n'en restait plus qu'une à faire, seulement une avant que l'autre chouette n'y mette son grain de sel ! Tiens en parlant de la chouette, apparemment un élève avait chahuté un peu trop fort et elle s'était dirigée vers la table, Des Serpentards ? Oo dans une bibliothèque ? C'était le monde à l'envers ! Ou alors ils cherchaient à embêter la tranquillité de ce lieu ! Personnellement ça ne dérangeait pas du tout à gab qui aurait la paix une minute et ne sentirait pas son regard fluide et oppressant sur lui. C'était les yeux aux éclats de noisettes qui l'en détournaient.

Alors que Anais, la belle Poussoufle était en train de ramasser les livres, elle lâcha subitement l'un des siens, restant immobile l'ombre d'un instant, Gab s'en inquiéta d'ailleurs, il regarda la jeune fille perplexe en se demandant ce qui lui arrivait, encore une absence ? Peut être mais ça n'y ressemblait pas, les symptômes n'y étaient pas ! C'est alors que sans crier garde, la jeune femme se jeta dans les bras de Gabriel en le blottissant contre elle ! La première réaction de Gabriel fut d'abord de lâcher les livres qu'il tenait en main, ils s'étalèrent parterre dans un fracas silencieux ! La seconde fut d'être étonné, évidemment il ne s'attendait pas à ce qu'elle fasse ce geste ! Il resta immobile un instant, la bouche légèrement entrouverte de surprise, il ferma les yeux en soupirant d'aise, et la blottit dans ses bras

- Et moi qui pensais que tu avais oublié....Tu n'as pas à me remercier c'est normal voyons.... Je n'allais pas te laisser mourir, je ne l'aurais pas supporté....Enfin j'ai déjà vu des gens mourrirent alors si je n'avais pu rien faire je m'en serais voulu....

Il resta là à la serrer contre lui, décidément cette jeune princesse était pleine de surprise, c'était sûrement la seule femme qu'il appréciait réellement, il souria et posa sa tête sur la sienne, il tenait une poupée si fragile, qu'elle pouvait se briser n'importe quand, il ne savait pas ce qui lui arrivait mais il se sentait bien et ne voulait gâcher ce moment pour rien au monde ! Un silence s'installa

- Comment as tu su que c'était moi ?

Oui c'est ce qu'il aurait voulu savoir depuis tant d'années ! Il n'aurait jamais crut qu'il reverrais la fille qu'il avait sauvé, non jamais il n'aurait pu croire, elle aurait pu mener sa vie en oubliant ! Les paroles qu'il avait tant espéré entendre pour ce geste, enfin il les avait rêvées, pour la simple et bonne raison, que sa raison d'existence se formait petit à petit ! L'avenir réservait vraiment des surprises inconsidérables !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hsm-rpg.chocoforum.net
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   Lun 21 Juil - 13:40

Gabriel lâcha ses livres, ils auraient pu faire du bruit en tombant, elle ne les entendaient pas, elle n’entendait plus rien d’ailleurs. Puis il la blottit contre lui, il ne l’avait pas repoussé, il se souvenait d’elle… C’était étrange, mais Anaïs n’avait jamais ressentit ça, et pourtant elle en avait ressentit des choses dans sa vie. La douleur puis le vide, la triste puis la rancœur, la colère et ensuite le désespoir. Mais ça ; jamais. Elle se sentait si bien dans les bras d’un garçon presque inconnu qui lui avait sauvé la vie…


- Que j’ai oublié ? Comment puis-je oublié que j’ai échappé à la mort, et grâce à toi… C’est un peu comme si... Je ne sais même pas comment expliquer… Sans toi je serais morte, donc en quelque sorte, tu as ma vie entre tes mains…


Gabriel la serra et posa sa tête contre la sienne et ils restèrent là, un long moment dans le silence… Ho, pas un silence gêné, un silence où Anaïs se sentait bien. Et pourtant elle n’était pas fane des silences qui la mettait mal à l’aise. Mais là, elle aurait pu rester tellement longtemps comme ça. Un silence confiant, c’était ce qu’elle ressentait… Puis il demanda comment elle avait su que c’était lui.


- Je n’avais pas vu ton visage… Mais ta voix, elle n’a pas changé…C’est toujours la même, elle est si… Rassurante…


Elle l’avait dit, sa voix était rassurante, pas comme une voix de mère qui rassure son enfant, comme une… Elle ne pouvait pas l’expliquer, peut être comme la voix de quelqu’un de cher enfin retrouvé. C’était bête de dire ça, ils ne se connaissaient que depuis une demie heure, tout au plus… Non, ils se connaissaient depuis le jour où Anaïs avait fait une de ses expériences de magie qu’elle inventait avec ses amies et que celle-ci avait mal tournée. Elle ne savait plus quoi dire, elle avait tout dit. Et pourtant le nombre de fois où elle s’était pensé que si elle le retrouvait, elle lui parlerait de milles et une chose, qu’elle lui raconterait tous ce qui s’était passé dans sa version, qu’elle lui dirait combien elle était reconnaissante, mais là, elle ne trouvait plus les mots pour s’exprimer. Alors elle se défit de leur longue enlacade et elle l’embrassa. Pas sur la bouche, elle n’aurait pas osé, peut être qu’il avait une copine, peut être qu’il ne ressentait rien pour elle. Non, elle l’embrassa sur la joue, mais pour la première fois, elle ressentit une sorte de picotement au niveau du ventre, et son cœur se mit à battre encore plus fort qu’il ne battait déjà. Elle arrêta et regarda Gabriel. Il pouvait interpréter cela de toutes les manières possibles et inimaginables. Elle aurait pu faire ça par reconnaissance, par amitié, par envie, par… amour ? Non, Anaïs ne pouvait aimer personne, elle se l’était répété des millions et des millions de fois, elle n’avait pas le droit, elle devait penser à se vengé et ensuite à elle… Ses yeux étaient vraiment profonds. Un bleu si clair, un bleu océan. Et à ce moment là, elle aurait voulu l’embrasser, pour de vraie cette fois ci, mais elle ne le fit pas. Elle resta juste là, à le regarder.










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel   

Revenir en haut Aller en bas
 

36,37,38 elle compte les bouquins... PV Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PDLM :: hogwart rocks :: Poudlard :: Bibliothèque-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit