AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Traque. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poufsouffle | Préfet | Adminavatar

Parchemins envoyés : 569
Humeur : Malsaine
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h :
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Traque. [Libre]   Dim 21 Déc - 20:11

Nuit d'ennui... Nuit blanche... Nuit d'horreur... Nuit de vengeance... Nuit de sang... Nuit de meurtre... Mutt s'était réveillé en voulant tuer... Une envie... Sa nouvelle drogue dont il ne pouvait plus s'en passer. Kaname l'avait prévenu... Une fois qu'on a tué, on ne peut plus s'en passer. C'était difficile. C'était soit il partait en chasse, soit il restait avec de mauvaises idées en tête en risquant de devenir fou. Il se leva de son lit, doucement, attrapa un Jean qu'il enfila rapidement, Un T-Shirt noir, et sa veste en cuir qu'il enfila. Il se chopa des baskets et sortit de la salle commune. Il était prêt à sortir. Il se dirigea vers le bureau d'un professeur dont on pouvait empreinter une cheminée. Il regarda sa montre et vérifia l'heure. 3 h du matin. Pas de problème. Il pouvait passer par chez lui. Sa mère dormait, et son père... S'il était là, il ne lui poserait pas de questions...

Il sortit de la poudre de cheminette qu'il avait mit dans une petite boite dans sa poche. Il donna sa destination tout en lançant la poudre magique. La seconde d'après, il se retrouvait dans son salon. Personne... Sa mère dormait comme il le pensait et son père n'était pas là. Il posa son regard sur la maison où il avait grandit, notamment quelques photos de ses parents et lui. Ils souriaient. Mutt eut un léger pincement au coeur... Les temps changent...

Il détourna son regard, puis il vit la lumière de l'entrée s'allumer. Il ne réfléchit pas, il transplana pour se matérialiser près de chez Fleury et Bott. Il avança alors doucement vers le centre de la rue. Il entendit alors des bruits de pas pressants.

Le garçon transplana de nouveau pour venir se percher sur le rebord d'un toit. Ses pieds à moitié dans le vide, il regarda la scène qui allait se passer sous ses yeux. Une jeune fille désarmée courait poursuivit par une bande de Mangemorts. Les sorts fusaient. Mutt eut un sourire en coin. Tiens ca tombait bien. Sauf que Mutt aimait se la jouer en solo. Il s'évapora de nouveau pour aller se mettre dans un coin sombre dans une ruelle adjacente. Quand la jeune fille passa, Il l'attrapa par le bras et la plaqua contre lui avant de transplaner dans l'allée des Embrumes. Un coin sans personne. La jeune fille se débattit dans ses bras.

" Chuuut.... Alors, alors je vous aide et c'est comme ca que vous me remercier... Je m'appelle Mutt Jones. "

La sauver ? Ce n'était pas dans son intention. Il avait envie de tuer ce soir... La jeune fille se figea et le regarda.

" Pardon... Merci... Moi, c'est Lilliane Greenfield. "

Mutt sourit alors de manière rassurante et s'approcha d'elle. Il n'avait pas caché son visage ce soir là... Non... Ce n'était pas prudent, mais cette fille allait mourir de toute façon. Il ne voulait pas savoir qui elle était... Qu'est-ce qu'elle faisait là... Non... Il voulait juste la tuer... De toute façon réfléchir à ca était une perte de temps et surtout... ca le bridait dans son travail. Quoi que savoir quelques infos...

" Pourquoi vous poursuivaient-ils ?
- Je... En fait, j'ai récupéré le talisman de ma grand mère... Je sais pas... Ils le veulent. "

Mutt prit un faux air songeur et répondit :

" Si vous voulez, je peux vous apporter de l'aide. Mon père est Auror, il pourra vous protéger. Je peux aussi essayer de voir ce qu'est ce médaillon. Montrez moi. "

Oui, il était curieux. Curieux de savoir et puis, il ramènerait lui même ce fameux Talisman au Seigneur noir. Elle hésita, mais Mutt lui sourit de son ancienne manière. Parce que Mutt inspirait la confiance chez les autres.... Celà avait toujours été comme ca. Comment un garçon tel que lui pouvait faire du mal ? Oui...

" ... Vous êtes le fils de l'Auror Henry Jones ?
- Oui. Je peux vous aider. "

Elle finit par sortir le Talisman, une sorte de relique avec des pierres précieuses de toute sorte. Sur le médaillon, il était écrit : " Verum Vox" Mutt eut un léger sourire triomphant. Il ne put s'empêcher de le traduire à voix haute :

" Vérité et pouvoir... C'est un médaillon de protection très ancien... Qui date de l'époque de la fondation de Poudlard voir encore plus... Il doit être étonnamment puissant... "

Son regard se changea. Il devint avide. Il avança sa main vers l'objet mais la jeune femme le recula. Il leva son regard sombre vers elle.

" Votre... regard... Vous avez... le regard d'un tueur...

- Tout juste, bébé, et tu vas me donner ca. "

Elle fit volte face pour s'enfuir. Mais Mutt lui lança un sort de croque en jambe. Elle tomba par terre, laissant tomber le médaillon sur le sol. Il marcha alors jusqu'à elle, se baissa pour ramasser l'objet. Il l'observa un instant, avant de le ranger dans sa poche.

" Je peux bien te montrer ca... De toute façon, tu vas mourir. "

Il leva sa manche gauche. Sa marque des ténèbres dessiné sur sa peau... La jeune femme pleura alors et répondit :

" Vous êtes si jeune... Vous allez gâcher votre vie si...

- Désolé, vous arrivez trop tard... Adieu. "

Il se releva et pointa sa baguette sur elle.

" Avada Kedavra. "

Lumière verte puis plus rien, elle était morte. Le garçon murmura alors entre ses dents :

" Stupide petite chose. "

Il sortit de nouveau le Talisman et l'observa un instant. "Il" allait être content. Mutt entendit alors un bruit derrière lui. Il transplana pour se cacher plus loin. Peut être qu'on avait vu son visage... Il avait été imprudent ce soir... Trop imprudent. Il aurait dût mettre son masque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 147
Humeur : Fascinée ... Vive le Chocolat l' Héroine et la Vodcka.
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Hé nan ! =)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Ven 26 Déc - 23:59

4h.
La rouge et or n'était pas encore endormie, en fait, elle ne cherchait pas non plus à trouver le sommeil. Elle ne voulait pas sombrer, rater des moments ... Elle ne savait pas pourquoi mais c'était comme ça. Si elle le pouvait, elle s'occuperait tout le temps, l'immobilité lui faisait presque peur.
Les autres Gryffondor, contrairement à elle même, se trouvaient dans un sommeil profond. Cloé décida donc de sortir se dégourdir les jambes et, par la même occasion regardé le lune blanche et ronde qui brillait dans la nuit. Après avoir enfilé un gilet gris et un pantalon en toile, la jeune fille poussa le tableau de la grosse dame et sorti dans les couloirs froids et déserts du château à cette heure. Elle avança prudemment, sa baguette allumée pur se dirigé dans le noir. Les tableaux ne disait rien sur son passage, la plupart dormais. Enfin, elle atterrit au grand air, le froid de la nuit lui gifla le visage mais elle ne se fit aucune remarque. Maintenant qu'elle était dehors, il était hors de question de rentrer ...
Cloé continua de marcher, silencieuse, tel un serpent guettant sa proie. Une voix lui disait d'oser tout ce qu'elle avait envie tandis qu'une autre l'en empêchait. Laquelle écoutée ? La raison ou le coeur ? Tous les deux auraient des répercussions futures de toutes façon, alors ...
Cette nuit, la Gryffondor décida de se faire confiance et, expirant, elle lança un sort de téléportation avant de se retrouver à l'entrée du chemin de traverse.

Les lampadaires éclairaient faiblement la rue mais cela en était presque rassurant malgré les grandes ombres qui se dessinaient sur le sol. La sorcière n'était pas peureuse, ni influençable trop facilement d'ailleurs et continua donc de marcher ainsi pendant quelques minutes. Elle chantonnait une comptine enfantine.

" Promenons nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. Si le loup y'était, il nous mangerait ..."

Elle continuait de trottiner quand la jeune fille vit, provenant de l'allée des Embrumes un murmure et une lumière verte.
Cela l'intrigua immédiatement ... Tandis qu'elle s'approchait, sans même prendre la prudence de se protéger elle entendit un froissement de tissus. Et si c'était un sorcier de mauvaise augure ? Et si ce qu'elle allait faire était un acte déraisonnable ? Qu'importe ! De toute manière, la plupart des choses qu'elle faisaient n'étaient même pas réfléchies alors ... Cloé avait pour habitude d'agir puis de penser, la plupart du temps, aux conséquences.
La rouge scruta le visage de la personne avant de la voir disparaître. Elle en était sure et certaine. C'était bien lui. Le garçon de Poussoufle, celui qui aimait Aeris d'une façon originale, certes, mais l'aimait vraiment. La première fois qu'elle l'avait vu c'était dans les couloirs et la seconde, elle se trouvait avec Ciella et la dénommée Aeris dans les toilettes de Mimi. Aeris était, comme son amie, de Serdaigle. Cloé avança encore avant de buter sur quelque chose au sol, dur et immobile. Elle baissa les yeux avant de les fermer tout aussi vite. Un corps inerte reposait à côté de ses pieds.
Mutt l'avait t'il tué ? Pourquoi aurait t-il fait ça ?
Certes, il est puissant mais à quoi bon s'amusé à massacrer des personnes innocentes ? Il faut que je le retrouve, qu'il s'explique ... *
Cloé n'était pas apeuré, elle rouvrit les paupière puis fixa la jeune femme, morte. Voilà la lumière verte. Tout était si simple quand on réfléchissait. Pourquoi ne le faisait t-elle pas plus souvent ?! Elle eut envie de se frapper mais se ressaisit au dernier moment et tourna au coin de la rue.
Où avait disparu ce tueur ? Il fallait absolument qu'elle le voit. Maintenant !

La jeune fille courut pendant un certain temps avant de se retrouver par hasard en face de lui. Elle l'aborda immédiatement. Voilà pourquoi elle se trouvait à Gryffondor et non autre part, elle devait être courageuse d'une part mais d'autre, complètement cinglée parfois ...

" Mutt ? Arrête. J'ai vu, tout. "

L'interressé tenait entre ses mains un bijou, ancien au premier abord. Il ne l'écoutait pas, peut être ce moquait t-il même d'elle ?...

Elle reprit :

" Mutt ?! Écoutes moi ! "

Le ton était devenu presque suppliant, pourtant, celle ci ne s'arrêtait pas.
" Pourquoi fais tu cela ? Tout ce que tu as vécu ne te suffit donc pas ? Tu en as marre des leçons que l'on te donne ? Des conseils peut être ? Mais tu n'es qu'un imbécile, tu fais n'importe quoi Mutt? Vraiment n'importe quoi. Tu n'est pas triste là. Tu tues pour le plaisir de le faire ? Pour voir s'éteindre les yeux de tes victimes ? Pourquoi ? Pourq ... "

Elle se tut, elle n'en pouvait plus. Elle n'aurait jamais dut sortir cette nuit mais maintenant, à quoi bon ?
En silence mais sa baguette levée, elle attendit que le Poussoufle réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mes-idees-and-you.skyrock.com/
Poufsouffle | Préfet | Adminavatar

Parchemins envoyés : 569
Humeur : Malsaine
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h :
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Sam 27 Déc - 3:59

Il avait été idiot ! Il n'avait pas caché son visage et maintenant, on l'avait reconnu. Il marchait d'un pas pressant dans les ruelles, mais il entendit son nom derrière lui. On le connaissait. Un élève de Poudlard ? Peut être, oui. Non, il ne voulait pas écouter cet appel. Mais il devait... Il ne pouvait pas laisser ca derrière lui. Il finit par s'arrêter et ferma les yeux. Il pivota alors doucement. Elle ne comprenait pas non... Personne ne pouvait le comprendre. Il avait juste... changé. Tuer... Il DEVAIT tuer... c'était son travail maintenant. Il vit alors... Cloé... jeune Gryffondor. Elle ne devrait pas s'obstiner. Elle aurait dut fuir. Elle était stupide... Un peu comme lui... Stupide de se jeter dans la gueule du loup. Il sourit alors et s'avança vers elle, ne tenant pas compte de sa baguette pointée sur lui.

" Cloé... Petite Cloé... Tu ne comprends pas... C'est trop tard pour moi et depuis longtemps. Ce n'est pas prudent pour une jeune fille comme toi de se promener si tard dans ces rues... Ca pourrait être... dangereux ! On ne sait jamais qui on pourrait croiser... Quoi que... Je te comprends. Le goût du risque... C'est ma témérité qui m'a conduit jusque là... "

Il continua à avancer jusqu'à ce que la baguette de la Gryffondor touche son torse. Il continua alors dans un murmure :

" C'est trop tard... Tu devrais oublier ce que tu as vu ce soir... Je ne te tuerais pas... ou alors... peut être... Je ne sais pas... Au mieux, je t'effacerais tes souvenirs. Cloé... "

Il disparut en transplanant et se matérialisa directement derrière Cloé. Il attrapa sa main droite pour récupérer sa baguette, tout en passant son bras gauche autour de la taille de la jeune demoiselle.

" Que veux tu Cloé ? Que je redevienne un gentil garçon ? Non... C'était une autre époque... j'ai changé... Tu ne sais pas ce que j'ai put faire... Je ne peux plus reculer. Sinon, c'est ma famille qui en payera les conséquences. Et je le refuse. Je préfère vivre une enfers que de les voir mourir... "

Mutt sortit sa baguette et la passa sur la gorge de la jeune fille.

" J'ai été à ta place... Je sais ce que c'est... Maintenant, je suis le chasseur... Je ne suis plus cette proie... Je deviens un peu plus fort chaque jour et je sais qu'ELLE me désirera de plus en plus... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Sam 27 Déc - 14:30

Alors, alors.

Anaïs était en ce moment même assis en tailleur devant un tableau, c'était une sorte de preux chevalier à l'armure terne. C'était sans aucun doute le plus sympathique de tous et vu que maintenant tous les tableaux connaissaient sa réelle identité, autant faire cosette avec eux, puisqu'il y avait un pacte comme quoi ils ne diraient rien.

Je dis, monsieur et madame 'versaire ont quatre filles !

Anaïs ferma les yeux et se concentra, elle ne l'a connaissait pas celle là, mais elle détestait perdre. Elle se concentra tellement qu'elle avait beau avoir les yeux fermés, elle voyait comme s'ils étaient ouvert, elle voyait toute la vie autours d'elle et mieux, elle voyait l'esprit du tableau.

Elsa, Rose, Laure, Annie. Ce qui donne Elles arrosent leurs anniversaires !

Comment avez vous su par merlin ?

Hé hé ! Bon, ce n'est pas que je m'ennuie, mais je suppose que vous êtes fatigués à cette heure ci.

Elle se leva sans avoir de réponse et fit un sourire éblouissant de ses dents blanches dignes d'une pub de dentifrice Signal blancheur. Il le lui rendit et elle s'en alla. Sa cape voltigeant derrière elle. Elle n'allait pas dormir puisqu'elle ne dormait que très rarement.

Pendant qu'elle marchait le long des couloirs, sa cape noir flottant derrière elle, elle s'arrêta automatiquement devant un autre tableau qui somnolait. Elle plissa les yeux et distingua qu'il était entrouvert. C'était un appel à la liberté, ça ! Elle respira un grand coup et l'ouvrit.

Hum hum !

La jaune se retourna dans un sursaut, Rusard ! Elle fit une moue désobligeant et prononça clairement :

Préfète en chef. Ce passage est ouvert, je vérifie.

Il l'a regarda d'un air dégoutté, comme s'il se maudissait lui même de ne rien pouvoir lui faire et partit. La dites Préfète soupira et retourna à son occupation pendant que les pas du concierge s'effaçait. Elle pénétra dans le passage qu'elle connaissait maintenant par coeur et arriva bien vite dans une ruelle familière. Elle referma la trappe et décida de se promener un peu, maintenant elle n'avait plus rien à craindre.

Pendant qu'elle arpentait les rues, elle vit clairement une ombre et surtout un liquide désiré. Encore du sang. Elle se lécha les babines et ses yeux devinrent rouge. Elle s'approcha de l'homme et dans un sourire dit calmement :

Puis je vous aidez ?

Celui ci ne semblait pas comprendre grand chose, il saignait et semblait effrayé. Il ne remarqua pas ses yeux et bafouilla qu'il était blessé ou quelque chose comme cela. Elle fit un sourire compatissant en dévoilant ses canines. Avant qu'il n'est eu le temps de s'enfuir, elle lui agrippa fermement le bras. Elle approcha sa main du cou du sorcier qui devait avoir une trentaine d'année. Le pauvre, vu comment elle le tenait, il ne devait déjà plus sentir son bras. Dans les moments comme cela, même si il semblait avoir une bonne carrure, ça ne servait à rien. Elle tira sur le col de la chemise du sorcier et découvrit son cou. Il semblait être sang mêlé. Elle aurait voulu tomber sur un sang pur, mais bon, elle se contenterait de ça. Elle approcha ses crocs et les planta d'un coup sec. Elle commença à boire son sang, sans tenir compte de si elle en prenait trop ou pas. Elle s'arrêta après plusieurs longues gorgées.

Merci.

Elle ne pouvait s'empêcher de dire merci quand elle buvait le sang de quelqu'un. Bien que celui ci était en train de joncher par terre maintenant. Elle se baissa et prit le visage de l'homme entre ses doigts, il avait l'air encore plus mal en point. Elle soupira et s'assit par terre à côté de lui, d'après ses cris il souffrait. Oui, parce qu'il avait encore la force de crier. Anaïs avait vraiment trop de bonté. Elle se mordit le pouce comme elle l'avait fait pour Mutt et le plaça à la bouche de l'homme, qui ne devait pas être trop bête puisqu'il comprit qu'il fallait boire. Elle le laissa boire quelque goutte.

Ça vous remettra sur pied, on est donnant-donnant. Maintenant, oubliez tout ça.

Elle se releva et lui lança un clin d'oeil. Elle espérait secrètement qu'il n'était pas dans le ministère et surtout qu'il n'ai pas vu son uniforme de Poudlard. Elle partit dans une autre ruelle et entendit deux voix familières. Mutt et Cloé. Elle fronça les sourcils, ils étaient plutôt loin, elle ne les aurait pas entendu si elle n'était pas un vampire. Et tout ça ne semblait pas normale. Pourtant ce n'était pas la voix du Mutt-Lucifère, c'était la voix du Mutt normal. Elle se mit à courir sur les dalles de pierre, mais ses pas ne faisaient aucun bruit. Elle sauta et se dématérialisa dans un nuage de fumée noir pour atterrir sur un toit, toujours en train de courir.

Elle stoppa sa course au bout d'un toit et se disparue à nouveau pour réapparaître assise sur un réverbère, les jambes battant le vide. Ils ne l'avaient pas vu et s'était temps mieux.

Mutt, arrête ça.

Elle passa sa langue sur ses lèvres pour enlever les dernières traces de sangs, elle avait préalablement vérifié qu'à cette distance Cloé ne puisse pas voir ça, elle avait déjà de fort doute sur son vampirisme, il ne fallait pas trop lui mettre la puce à l'oreille.










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 147
Humeur : Fascinée ... Vive le Chocolat l' Héroine et la Vodcka.
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Hé nan ! =)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Dim 28 Déc - 15:19

Mutt, arrête ça.

La voix de la jeune fille brune était calme, comme à son habitude. Elle était apparu en haut d'un lampadaire proche et ses jambes se balançaient dans le vide. Que faisait t-elle là, maintenant ?

Cloé, plus agile que le Pouffy s'écarta de lui et se retrouva donc en face. Insensé ! Sa pression à ses côtés et sa voix lui avait fait peur. Il fallait bien se l'avouer, non ? Elle devrait peut être penser à arrêter de faire n'importe quoi parfois ... Moui, bonne idée ...

Anais ?

La jeune fille avait osé parler, au risque d'énerver encore plus le garçon. Plus de baguette, un coin peu éclairé, deux bizarres près d'elle. Tout allait bien voyons !...

Tout était sombre et lugubre. Les étoiles ne brillaient même pas ici, tristesse, les enseignes se balançaient avec le vent sur leur tringles en fer.
Tout cela lui rappelait encore des souvenirs, lointains ... Des souvenirs tristes de plus. La première fois où elle était allée dans le Chemin de Traverse pour acheter les fournitures de sorciers. Ce n'était pas ses parents qui l'avaient accompagnés, non, il ne l'aurait jamais fait bien sur. Mais une tante éloignée dont elle ne se souvenait même pas de son prénom. Cloé ne l'avait vu que deux fois, pour cette occasion et aussi pour le fameux repas de famille ...
Tout, tout, tout dans cette balade l'avait dégoûtée et c'est pour cela qu'elle avait du mal à s'intégrer au début de sa scolarité. Tous les préceptes qu'on lui avaient appris, elle ne les avaient pas utilisé. Cloé pensait que ces tuteurs lui enseignaient des choses inutiles et stupides pour qu'elle même se trompent ensuite. Mais la vérité était que ses parents l'aimait. Un amour maternel fort, mais distant. Les enfants ne comprennent pas souvent que leurs parents peuvent avoir une vie en plus d'eux. Toujours en manque, la Gryffondor faisait aujourd'hui pas mal de gestes remarquables pour attirer l'attention. Pour changer en quelque sorte. Mais on ne change pas comme ça, jamais.

L'autre jaune, Anais, était vraiment étrange, se retrouver ici, au même endroit qu'elle, en haut d'un réverbère. Ça paraissait tellement irréel ...
Cloé fit demi tour, avant d'avancer de quelques pas mais on l'en empêchait. Bien entendue, elle ne savait pas qui, mais une Force l'en empêchait. Voilà pourquoi elle faisait des choses totalement ridicules parfois ... Aussi, le garçon, le Mangemort plutôt, avait sa baguette. La sorcière avait rapidement aperçu son signe sur le bras gauche. La marque.

Elle reprit :

Bon, je pense que je vais ... m'en aller. Grand sourire faussement décontracté. Mutt ? Ma baguette s'il te plaît.

Encore un pas puis :

Ah oui, ça me parait bizzare qu'elle t'aime encore plus pour ce que tu as fait. Cloé pencha sa tête vers la gauche, puis la droite avant de hausser ses sourcils puis de reprendre. A moins que tu me l'explique. J'ai du mal à comprendre vois tu.

Un rire légèrement moqueur retentit doucement dans le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mes-idees-and-you.skyrock.com/
Poufsouffle | Préfet | Adminavatar

Parchemins envoyés : 569
Humeur : Malsaine
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h :
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Lun 29 Déc - 19:08

Mutt s'amusait beaucoup. Comme un enfant en fait. Il se sentait puissant. Il sentait qu'il était maitre de la situation... C'était si bon et si effrayant à la fois. Mais il adorait ca ! Il entendit alors une voix familière. Il lâcha sa garde sur Cloé, l'espace d'un instant. Elle se dégagea alors. Mutt leva les yeux vers la voix et vit Anaïs en haut d'un lampadaire. Il eut alors un léger sourire lourd de sens. Il soupira alors... Sans lui répondre. Il tourna ses yeux vers Cloé alors qui lui demanda qu'il lui rende sa baguette. Mutt leva la baguette de la Gryffondor, mais joua avec entre ses doigts. Il la sonda alors qu'elle lui parla de "ELLE". Il éclata alors de rire. Un rire amusé.

" Pourquoi devrais-je te l'expliquer ? Tu ne comprendrais pas de toute façon. Tu ne comprends pas. "

Il leva de nouveau les yeux vers la vampire et lui dit :

" Anaïs, descent de ton perchoir... Aurais-tu peur de moi ? "

Dit il sur un ton amusé. Il secoua la tête tout en riant. Bien sûr qu'elle n'a pas peur de lui. Il connaissait son secret.

" Tu as l'intention de faire quoi ? M'empêcher de faire le mal ? C'est ca ? De toute façon, c'est mon boulot alors... Et puis tuer... c'est comme une drogue, quand on commence, on ne peut plus s'arrêter. Je sais que tu ne comprends pas Cloé. Petite Cloé. "

Il s'avança vers elle dans un sourire.

" Je ne te ferais pas de mal. Non... Pas aujourd'hui. J'ai déjà tué une fois, ca me suffit. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Lun 29 Déc - 21:38

Cloé commença à parler d'Aéris après avoir mentionné le prénom Anaïs en forme d'interrogation. La pauvre, tomber sur Mutt dans cet état, ce n'était pas vraiment de chance. Mutt leva ses yeux vers elle et proposa qu'elle descende de son perchoir, puis il lui demanda si elle avait peur de lui. Elle ria légèrement avec lui. Elle n'avait peur de personne et il pouvait bien savoir pourquoi. Elle s'étira alors lentement et sauta du lampadaire avec grâce et élégance. A une hauteur comme cela, quelqu'un de normal se serait littéralement écrasé par terre, mais c'était mal la connaître. Elle atterrit sur ses pieds, des jambes pliées et une main au sol. Elle esquissa un sourire et se redressa. La jaune avança de quelques pas et se décida à dire :

- Oui, j'ai une peur bleue. Brr, tu vois je tremble.

Elle tendit sa main pour preuve, qui ne tremblait pas le moins du monde, et esquissa un sourire. Elle s'arrêta, plia une jambe et posa ses mains sur ses hanches. On aurait pu croire à une pose de mannequin pendant que le photographe était caché un peu plus loin. Mutt commença un speatch qu'Anaïs n'écouta pas, il ne s'adressa pas à elle alors il n'y avait pas d'utilité. Et pourtant ses oreilles captèrent plusieurs mots. Tuer. Drogue. Commencer. Ne plus s'arrêter. Elle ne pu se retenir de rire, pas un rire démoniaque, mais un rire léger et frai. Ces faux rires de cinéma.

- Ho, Muttyyy.

Elle prenait la voix de la vielle tante. Vous savez, celle qui aime vous serrez dans ses bras jusqu'à ce que vous ne pouviez plus respirer et à toujours envie de vous pincez la joue en vous donnant un surnom stupide. Elle soupira.

- Voyons. Il y a certaines choses qui sont comme de la drogue. Elle adressa un clin d'oeil à son adresse, le sang était pour elle plus qu'une drogue, c'était sa façon de vivre. Il y a des choses qu'on fait parce qu'on est accroc, d'autres qu'on fait par utilités et d'autre qu'on fait par amusement. Ne me dit pas que tu es accroc à ça ?

Elle pointa du menton le cadavre de la jeune fille et s'approcha d'ailleurs du corps. Elle s'accroupit à côté et regarda son visage. Même s'il avait tué d'une autre façon que celle ci, je parle d'une façon plus... lente et douloureuse, les autres n'auraient rien eu à craindre, car elle avait eu sa dose de sang pour ce soir. Elle observa le visage de la défunte et fit une moue exaspérée.

- Ah, je te connais toi... T'as mal finit dit moi.

Elle lui avait déjà adressé une ou deux fois la parole par l'intermédiaire de sa mère. Enfaîte la jeune Mckoyeur ne connaissait même pas le métier de sa mère. Elle savait juste que c'était un métier de sang-pur et qui rapportait une somme plutôt coquette. Elle se releva et pencha la tête. Elle n'avait nullement envie de faire du mal à Mutt, elle savait d'ailleurs qu'il était plus fort qu'il n'en paraîssait. Mais sans son démon, son niveau d'énergie avait tout de même beaucoup baissée. Elle l'aimait bien pourtant celui là, lucifer le chat. De toute façon, il venait juste de dire qu'il ne ferait pas de mal à Cloé, en tout cas pas aujourd'hui.

- Je sais que quand on commence ou fait quelque chose, on ne peut plus reculer, je suis bien placer pour le savoir. Mais de là à ce mettre à tuer pour le plaisir... Moi, vois tu, j'aide les autres après les avoir « blessés ».

Elle se tourna vers Cloé et lui fit un sourire dévoilant ses dents d'une blancheur imaculée.

- Oui, j'ai longtemps fais du kung fu.

Elle venait de se rendre compte qu'à chaque fois qu'elle disait ou faisait quelque chose en rapport avec le vampirisme, elle s'inventait un sport pratiqués, ce qui l'amusa plutôt.




HS> J'ai pensé à Battle Royal, le gars qu'invente des métiers à son père à chaque fois qu'il fait quelque chose. J'ai fait pareil mais avec des sports Mdrr.










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 147
Humeur : Fascinée ... Vive le Chocolat l' Héroine et la Vodcka.
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Hé nan ! =)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Mer 31 Déc - 18:39

Tout changeait autour d’elle. Trop vite. Et voilà que Mademoiselle McKoyeur avait longtemps fait du kung-fu !… Elle avait le chic, en plus de poser devant eux. Quel photographe attendait t-elle donc ? Personne ne passerait ce soir dans cette rue où, soit il serait blessé par la jeune fille jaune. Soit, le jeune homme n’hésiterais pas une seconde pour trouver un sort … Et Mutt qui jouaient avec sa baguette. Ha … Quelle histoire ! Ça ne finirait plus mal maintenant qu’Anaïs était intervenu. Le jaune la respectait, ou du moins, connaissait son secret … Ce fameux secret, qu’elle dissimulait comme si elle n’en avait pas mais elle était trop étrange, changeante, sportive et j’en passe pour ne pas en avoir …


Bon, je sais alors. Je vois bien que tu me trouves ridicule mais, si tu m’apprenez à le faire … ce serait chic non ? J’aimerais voir l’effet de cette … drogue. Ce qu’elle m’obligerait à faire, tu vois. Elle s’approcha de lui en faisait de petits sourires. Je serais apte à me défendre comme ça et … Tu ne serais pas obligé de me lancer un sort que tu regretterais pas la suite. Hein ? Cloé fit la moue tout en le regardant avec des yeux pétillants.


Puis, elle réfléchit en silence à ce qu’elle était en train de préparer. La croirait t-elle ? Non, ce n’était pas vraiment un mensonge puisqu’elle avait envie de … faire du mal ? Mhum, pas si sur. La rouge et or désirait juste essayer et si la tentation était trop forte elle recommencerait par la suite. Après tout, plusieurs personnes me faisait déjà. Elle en était certaine. Mutt et Anaïs en faisaient tous les deux partis.
Cloé se tourna alors vers la Pouffy qui lui avait dévoilé ses dents d’un blanc immaculées. Elle dit :

Ca signifie quoi, le fait de dire que tu les aides après les avoir blessés ? Tu ne les tue donc pas ? Intéressant … Petit silence. Alors, ça vous dit ? Vous m’apprenez à devenir … hum … comment dirait t-on … maléfique ? J’aime finalement être violente. Faire u mal ne doit pas être trop difficile. Aucun des deux ne répondit. Si ?

Maintenant, ce qu’elle désirait, c’était récupérer sa baguette. Elle préférait tout de même l’avoir sur elle, ou dans sa main. Question de sécurité. Mais, le garçon avait dit qu’il ne lui ferait pas de mal ce soir. Alors, qu'attendaient t-ils pour se bouger ?! Ou, du moins, répondre à sa requête. Bien entendue, elle priait pour qu’il le prenne bien … Etre à Gryffondor voulait dire posséder un minimum de courage, pas être complètement dingue, et Cloé savait parfaitement que les deux personnes qu’elle avait en face d’elle étaient fortes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mes-idees-and-you.skyrock.com/
Poufsouffle | Préfet | Adminavatar

Parchemins envoyés : 569
Humeur : Malsaine
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h :
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Jeu 1 Jan - 20:00

Ne me dit pas que tu es accroc à ça ?


Mutt haussa les épaules. Il ne répondit pas. Ca ne la regardait pas. Il avait changé c'est tout... Et puis, c'était différent d'Anaïs. Elle pouvait se nourrir du sang des autres sans être obligée de les tuer. C'était son choix. Mutt, lui, avait choisit la voix du meurtre. Être Mangemort... C'était différent. Et puis... Il douta alors qu'Anaïs ait déjà tué quelqu'un. Elle ne pouvait pas savoir ce que ca faisait. Non, ce n'était pas facile... Pas les premières fois du moins. Il y a des jours, où il crut en devenir fou, tellement c'était insupportable. Devoir faire ce genre de chose. Surtout qu'à la base, Mutt était... une perle... Un garçon gentil et tendre prêt à tout faire pour ses amis... Et c'est ca qui l'avait fait plonger en quelque sorte... Bon, il avait aussi été aveuglé par son amour pour Aéris. Un amour sans limites. Il était prêt à mourir pour elle... Prêt à tout ! Et c'est ca qui l'avait fait tenir à l'époque... Et maintenant ? Non, il ne pouvait plus revenir en arrière. Revenir le garçon qu'il était avant. De nouveau se préoccuper des autres... Avec ce qu'il avait fait ? Ne comprenait-il pas qu'il DEVAIT tuer, pour empêcher que cet autre revienne et qu'il n'ait à devoir subir une foule d'autres sentiments qui risquaient de le faire devenir fou. Oui, elle était sa drogue... Pour ne pas sombrer. Quand il tuait, il faisait reculer son humanité...

Cloé parla. Mutt leva les sourcils d'un air étonné. Il ne comprit pas vraiment le début de ce que disait Cloé... Mais une phrase de la jeune Gryffondor fit sortir Mutt de ses gonds. Jamais elle n'aurait dût dire ca... Jamais... " Faire le mal ne doit pas être trop difficile.? " Connaissait elle le poids de ses propos ? Savait elle ce qu'elle disait. Mutt fonça droit sur elle et l'attrapa par le cou avant de la claquer violemment contre un mur. Un rictus de colère déformant son visage.

" Faire le mal... ce n'est pas trop difficile ? Tu ne te foutrais pas de moi par hasard ? Tu sais ce que j'ai dut endurer pour arriver là ? Non... Tu crois que tuer, c'est facile non... Contrairement à ce que tu crois. Est-ce que tu as déjà ressentit la vie qui s'échappait de tes doigts alors que tu les refermais doucement sur sa trachée ? Tu crois que c'est facile ? "

Le garçon lia les gestes à la parole et commença à serrer ses doigts autour de la gorge de Cloé.

" La vie... C'est si facile de la reprendre... Et c'est si dur à donner le coup de grâce. Si j'arrive à tuer maintenant, sans ressentir de remord, c'est parce que j'ai dut passer des épreuves tel que toi... jeune idiote... Ne peux pas comprendre... j'ai été obligé de faire des choses horribles... OBLIGE, tu comprends ? Des choses qui risqueraient d'écorcher tes oreilles sensibles... Quand on travaille pour le seigneur des ténèbres, on ne doit penser qu'à sa mission... pas à la victime en face de soit... Ne pas penser à la personne qui sera ta victime... Sinon, tu es foutu... Tu es mort... Obliger de tuer pour quelque chose ou pour rien... Tu n'en connais peut être pas la raison. Puis ca en devient une drogue... pourquoi ? Quand tu t'arrêtes... Quand tu sembles redevenir humain... Tu souffres... Oui... De la souffrance... Pour la faire taire... Une solution... Tuer... Juste ca... C'est la seule solution. "

Il recula et lâcha la pression sur le cou de Cloé.

" Tu veux nous baratiner... ou alors tu es trop stupide pour comprendre ce que faire le mal veut dire. Ce n'est pas facile, loin de là. Alors évites de parler de ce que tu ne connais pas... Si tu veux tuer alors il va falloir souffrir, si tu veux, de la souffrance, ca, je peux t'en donner et gratuitement en plus ! "


Il pointa sa baguette sur elle et eut un sourire mauvais.

" Doloris. "

Il ne lança son sort qu'à peine quelques secondes. Il baissa alors son bras et ajouta :

" Alors... Es-tu prête à ressentir toute cette souffrance ? Alors soit prête à t'en prendre pleins la figure. Pour faire le mal, il faut devenir le mal donc le subir... Tout le temps... On fait le mal parce qu'on devient le mal. Ce n'est pas un jeu... ou alors un jeu malsain. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Jeu 1 Jan - 23:00

Quand Cloé commença à demander si il pouvait lui montrer l'effet de cette drogue, Anaïs fronça les sourcils. C'était de l'insouciance. Il ne fallait pas surtout pas dire cela. Surtout pas devant Mutt. Elle attrapa sa baguette dans la poche de sa cape mais ne la sortit pas. Elle était peut être bien plus forte sans baguette. Mutt n'allait pas rester de marbre face à cela, c'était sûr et certain, pas le nouveau Mutt en tout cas. Il n'avait d'ailleurs pas répondu à sa question, mais elle n'attendait pas réellement de réponse, que répondre à une telle question. Et surtout elle n'en avait rien à faire pour l'instant. Il faisait ce qu'il voulait après tout. Elle restait juste sur ses gardes. Par son don de vampirisme elle sentait l'air se charger et pressentait que quelque chose allait se passer. Cloé demanda ce que cela signifiait « qu'elle les aidait ». Elle continua en demandant qu'ils lui apprennent à devenir maléfique et qu'elle aimait être violente. Anaïs plia une jambe, comme si elle était prête à bondir, un instinct de prédateur sans doute. Et ce qu'elle attendit arriva. Une parole, une seule. Faire du mal ne devait pas être trop difficile. La jaune baissa ses gardes, elle savait ce que Mutt allait faire mais elle n'intervint pas, du moins pour l'instant. Elle restait dubitative. Le Poufsouffle la plaqua littéralement contre le mur, il parla et resserra l'emprise de ses mains autour du cou de la rouge.

Anaïs aurait pu, aurait du interrompre Mutt. Mais elle était trop pensive, elle ne se rendait même pas compte de ce qui se passait autour d'elle, bien qu'elle avait déjà sentit que cela arriverait. Alors que Mutt continuait d'essayer d'expliquer la chose à Cloé, la vampire se ressaisit et parla doucement, l'air sombre et penssif :

- Faire du mal n'est pas facile. Si cela l'était, je n'aurais pas dit que je les aidait. Je les achèverait, voilà tout. Quelques secondes de plus, d'inattention, de tentation et c'est finit. Ces pauvres abrutis. Je les haïs mais je les laisse tranquille, enfin... Pourtant, je dois être faible dans ma puissance parce que je ne supporte pas de tuer sans raison valable, surtout après les avoir « utiliser » pour ma propre personne. Alors non, ce n'est pas facile. Bien loin de cela même. Je pourrais tuer pour le plaisir maintenant que j'y pense. Mais je me retiens. Je sais encore à peu près être humaine dans la « non-humaineté » dont je fais preuve.

Elle ne se cachait pas dans ses paroles. Après tout peut être que personne ne l'écoutait. Mutt était en train d'étrangler Cloé. Anaïs soupira et ... Il l'étranglait ? Elle se retourna et dévisagea la scène, elle était vraiment perdue dans ses pensées. Elle s'avança d'un pas mais Mutt desserra un peu le cou de la gryffondor. Le jaune continua tout de même sur sa lancée et lui répondit que si elle voulait tuer, elle allait devoir souffrir.

En pensant à la souffrance, elle songea immédiatement à sa transformation. Depuis son enfance elle ne ressentait pas la douleur mais ce jour là... Elle avait juste ressentit une pression, un mal aise, un pincement. Juste cela. Elle savait que si elle n'avait pas eu cette maladie, ce problème, elle aurait crier jusqu'à ce que ses poumons ne veuille plus sortir d'air qu'elle ne puisse plus produire de son sous la douleur de cette chose qui se transformait et la changeait. C'était l'une des choses les plus atroces et inimaginables au monde. Elle s'était à nouveau perdue avec elle même quand un sort la réveilla et pour de bon.

Anaïs retroussa sa lèvre supérieur et tel un félin arriva en un bond, comme si elle volait, près du jeune Mangemort, elle lui attrapa le bras avec force mais habilité, la force d'un vampire était une des plus fortes et surtout était à toute épreuve. La baguette vola au loin. Elle s'enflamma rapidement.

BORDEL MUTT !

Elle avait crié ses deux mots, si elle ne l'arrêtait pas s'était sûr qu'il l'a tuait. Sans aucun doute.

Tu te rends compte de ce que tu fais ! Elle ne sait pas ce qu'elle dit, laisse la !

Elle lui attrapa le deuxième poignet avec tout autant de force et de dextérité sans se soucier de si elle lui faisait mal ou non. De toute façon un Mangemort serait se défendre. Ce qui l'inquiétait c'était surtout qu'il faisait n'importe quoi et que ça continuerait. Elle le força à la regarder.

Si tu veux t'en prendre à une personne, tu prends quelqu'un de ton niveau qui pourrais riposter, si tu veux te battre ou calmer tes ardeurs de tueur attaque moi. Mais laisse la !

En parlant elle dévoilait ses canines, qui avaient maintenant atteint une taille anormal pour une humaine et bien qu'elle ai bu du sang il y a peu de temps, ses yeux étaient de braise. Le rouge intense tournoyait avec violence dans ses pupilles. C'était dans ses moments qu'il ne fallait surtout pas la contrarier ou la provoquer, d'ailleurs quand elle était comme ça au château elle restait enfermer dans son dortoir avec les rideaux de son lit tirés pour ne pas laisser passer un seul rayon de lumière.

Mutt...

Elle le lâcha dans un soupire et porta son attention sur Cloé qui n'avait pas l'air d'aller bien, remarque après un Doloris, c'était tout à fait normal, bien qu'il n'ai pas été long. Maintenant elle devait avoir trouver son 'secret' si elle avait entendu ou vu ses paroles et actes. Mais bien qu'Anaïs ne connaisse pas la souffrance physique elle savait que quand on la ressentait, il était des plus difficiles de porter son attention autre part. Elle avait donc encore une chance que celle ci n'est rien comprit et qu'elle puisse continuer à s'inventer des sports jamais pratiqués.










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 147
Humeur : Fascinée ... Vive le Chocolat l' Héroine et la Vodcka.
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Hé nan ! =)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Mar 6 Jan - 21:11

Le jaune lui énuméra différentes choses à propos du Seigneur des Ténèbres, de la victime, de ce qu'il avait enduré ... Du moins, c'est ce qu'elle pensait, n'écoutant qu'a moitié bien que le regardant dans les yeux. Étant donné qu'elle était proche. Très proche. Elle avait du mal à respirer. Il la tenait bien et serrait fort de surcroît.

Quand Mutt lança le sort sur elle, Cloé sentit soudain que toute la souffrance possible venait se perdre en elle. Tout criait, tout faisait mal. Ses muscles étaient douloureux et impossible bien sur qu'elle arrive pas à ne pas bouger même à cause du mal qui s'agitait. Les pliés étaient encore pire mais elle tomba quand même. A même le sol. Elle avait déjà entendue parler de cela, mais, bien entendue, ne l'avait jamais vécu. Une sorte de haine commença à se dresser vers Mutt même si la rouge n'arrivait pas à la discerner. Après tout ce qu'il lui avait dit, elle commençait sérieusement à penser qu'il avait quelque chose contre elle. C'était sur. Stupide raisonnement. A part poser certaines questions et dire certaines phrases bien sur ... Elle se trouvait idiote de faire ça, de tenter quand même le coup. Continuer et vouloir toujours plus n'était sans doute pas la meilleur des choses mais cela faisait parti de son caractère. Elle devait continuer.

Même si le sortilège ne dura que quelques secondes, la Gryffondor savait désormais ce qu'il l'attendait. Anais était restée pensive mais ce qu'elle venait de subir l'avait quand même agacé au point qu'elle sorte de sa rêverie. Bizarrement, la jaune s'en était prit à Mutt assez violemment en lui disant qu'elle ne savait pas ce que Cloé faisait. Ce n'était pas qu'elle ne le savait pas. Elle parlait avec un Mangemort mais enfin ... Elle ne savait comment l'expliquer et s'exprimer en présence de lui. Il était si ... imprévisible ...Elle fut rapide, le changement de position fut si soudain qu'elle nu pas le temps de les voir bouger. Elle était exténuée aussi. Toujours pour la même raison, sans doute que certains sortilèges ont été des effets arrières ...

Par terre et toussotant après qu'il l'est plaquée et tenu par la gorge ... La rouge essaya de se relever, elle réussit. Difficilement. Et se tenant contre le mur, Cloé lança un regard noir à Mutt qu'Anais tenait fermement par les poignets. Trop fermement même ...

Elle était si forte et le garçon ne faisait rien pour l'en empêcher. Ne faisait rien où n'y arrivait pas. Ses dents étaient bien trop longues pour une personne normale et ... ses pupilles étaient ... rouges ! Sa tête lui faisait mal, son corps aussi. Tout en elle voulait rester allongé mais Cloé en avait décidé autrement. Il fallait qu'elle est enfin des réponses à ses interrogations. Ce soir, c'était le moment. Malgré l'autre dingue à côté d'elle ...

Anais, tes yeux. C'est pas normal hein ? T'es pas normale donc ... Elle reprit son souffle. Tu as de ces canines. Allez, dis le. Avoues au moins. Tu n'a jamais fait autant de sport, je suppose, c'est trop ... excentrique à chaque fois. Ta non humanité, les utiliser, faible dans ta puissance. Ces phrases, comme si ... elles venaient d'une vérité. Non, c'est la vérité. Dis le. Dis moi qui tu es. Mutt est courant, ça se devine. Dis le.

La lune brillait, elle la regarda encore une fois. L'allée dans laquelle ils se trouvait était mince, au centre, les pavés étaient plus usés et glissaient aussi. Les lampadaires n'émanait qu'une lueur jaune blafarde. C'était une étrange sensation d'angoisse muette. Mutt était juste là, prêt à encore faire quelque chose à la moindre parole qu'elle dirait. Elle continua tout de même, stupide ... Il s'était pourtant calmé après l'intervention d'Anais.

Je dois être entêtée. Très bien, ce n'est pas facile. C'est un jeu malsain ... Ses jambes tremblotaient presque. * Tout ça à cause de son sort. Saleté. * Je peux y arriver, j'en suis certainement capable. Il suffirait juste que ... De toute façon, que veux tu faire d'autre désormais ? Tout ça n'est toujours qu'un jeu. La vie est un jeu, notre existence une des façon de gagner la partie. Du moins si l'on est fort. Apprends moi. Et si tu ne veux pas, arrêtes alors. Tais toi. Elle ferma de nouveau les yeux. * Fais attention ... Anais t'aides mais tu fous tout en l'air ! Pourquoi ?... * Aide moi M... Le prénom passa mal. .. Mutt, à réussir alors. Sinon, penses que je ne sais pas ce que je racontes. J'en suis consciente tout de même. C'est triste, hein ? Elle rit, d'une façon moqueuse et sans intérêt. T'en a rien à faire. Pas grave. Pour toi ce n'est pas malheureux vu que tu es presque content de ce qui m'arrive. Une façon de ... se venger ?

Puis, se tournant encore une fois vers Anais, elle recommença, en toussant. Elle n'était pas au plus haut de sa forme à ce moment, tiens ...

Dis le. J'ai le droit de savoir maintenant et tu le sais. Tu n'aimerais pas qu'on te cache autant de choses sous tes yeux. Moi non plus. Normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mes-idees-and-you.skyrock.com/
Poufsouffle | Préfet | Adminavatar

Parchemins envoyés : 569
Humeur : Malsaine
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h :
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Mar 6 Jan - 21:51

    Mutt était juste énervé et à la base, il n'avait pas l'intention de tuer Cloé, juste lui faire peur pour qu'elle arrête de dire des bêtises de la sorte. Oui, il avait été violent... D'ailleurs Anaïs eut peur pour elle peut être. Elle l'avait attrapé assez violemment par ses poignets, le désarmant. D'ailleurs elle serrait bien fort, et même un peu trop fort. Elle lui faisait très mal. D'ailleurs, le garçon serra les dents, il faisait des petits yeux vers Anaïs, qu'on aurait put croire un regard de haine, mais c'était plutôt parce qu'il se concentrait pour éviter d'hurler. Elle allait lui péter les poignets si elle continuait comme ca. Bon, pas la peine d'essayer de se débattre. Parce que faire ca face à un vampire, c'est comme le mec qui essaye de ramer dans sa barque en pleine tempête. Alors il ne bougea pas et attendit tout en fixant la vampire dont les yeux étaient devenus rouges sang. Ce qui n'était pas bon signe. Malgré la douleur, il réussit à dire à mi-voix à l'intention de la vampire :

    " T'inquiètes Anaïs, je n'avais pas l'intention de la tuer... Mais disons que certains moyens sont plus persuasifs que d'autres... Avec la peur, on peut contrôler bien nombre de personnes... "

    Cloé s'attarda sur l'état de la Poufsouffle. La Gryffondor reprit la parole. Mutt faillit sortir de ses gonds une nouvelle fois, mais disons que la pression d'Anaïs faisait bien son affaire. Il allait s'élancer, mais ne put que rester sur place. Il fit une grimace avant de continuer à lui dire la voix mi tremblante, les larmes aux yeux. Mélange de tristesse et de douleur.

    " Tu sais ce que tu dis ? TU ES UNE IDIOTE ! Ce n'est pas de la vengeance... P*tain... J'essaye de te mettre en garde. Suivre la voix du mal, est un voyage dont on ne sort pas indemne. REGARDES MOI ! REGARDES MOI DANS LES YEUX ! Je suis un monstre... Je me déteste... Peut être que je te déteste aussi. Tu as l'esprit libre. Je t'envie et toi ? TOI ? Tu me sors que... Tu es STUPIDE ! STUPIDE ! M*RDE ! TU ES LIBRE TOI ! ANAÏS LÂCHES MOI B*RDEL ! "

    Il essaya de bouger pour se libérer, mais ne réussit qu'à serrer pousser un râle de douleur. Ses jambes flanchèrent légèrement sous le coup. Pourquoi ne comprenait-elle pas ? Là, Mutt pleurait à chaudes larmes. Il dit alors à l'intention de Cloé :

    " Désolé, je ne cautionne pas ce genre de chose. Je ne t'aiderais pas à te détruire... Tu as aussi des RAISONS de le faire ? Parce qu'on ne choisit pas cette voix sans raisons. Moi, c'est par amour... L'amour aveugle bien des gens... Moi, il m'a conduit dans une impasse et elle met en danger ma famille tous les jours. Mon père me déteste alors que pour moi, il est l'une des choses les plus importantes dans ma vie, comme toute ma famille... Je vis avec cette peur tous les jours. La peur de devoir tuer... La peur de voir mourir mes proches... La peur qu'un jour, je ne devienne plus du tout humain... Que..."

    Complètement bouleversé, il n'arrivait plus à continuer. La douleur de son âme était telle qu'il se sentait meurtrit et qu'est ce que cette fille lui racontait ? Non, elle ne comprenait pas... Rien... Pas ce qu'il avait enduré et ce qu'il continuait d'endurer... Il souffla longuement et reprit :

    " Être fort, ne veut pas dire être puissant, mais faire le bon choix au moment voulut. J'ai fait le mauvais. Je suis faible depuis le départ ! Je n'ai pas sut faire la part des choses. J'ai été téméraire, je n'ai écouté personne. Alors que Pansy m'interdisait de le faire, Aéris m'a incendié en l'apprenant... Et mon père... mon père... Aimer en soit, c'est une grande force, il ne faut pas trop en vouloir, par peur de se noyer dedans... Moi, j'ai déjà touché le fond, mais je n'arrive pas à remonter... La lumière est trop loin, et... Je sais pas pourquoi je dis ca... Mais s'il te plait, Cloé, ne fais pas une bêtise que tu regretteras. Il faut savoir vivre dignement, et non avec des remords. J'ai fait les pires s*loperies de la terre. Des choses qui sont inimaginables... "


    Il soupira de nouveau et ajouta :

    " Je te dis ca, mais je suis sûr que t'en as rien à battre... Moi, en tout cas, je n'ai pas écouté ce qu'on me disait mais je voudrais que tu ne fasses pas la même erreur que moi... Alors si mes paroles peuvent t'apporter quelque chose... "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Vampirique
avatar

Parchemins envoyés : 1068
Humeur : Je ne suis peut-être pas un modèle d'amabilité, mais j'ai le physique et la classe, ça compense
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Attrapeuse ;)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Mer 7 Jan - 22:23

Anaïs soupira quand Cloé lui demanda une énième fois son secret, sa nature de Vampire si vous préférez. La jaune l'ignora littéralement et ne répondit pas à sa question, regardant Mutt.

La vie est un jeu, notre existence une des façon de gagner la partie. Du moins si l'on est fort. Apprends moi.

La vie n'est pas un jeu. Moi, je peux me permettre de penser cela, pas toi. Il faut en profiter, pas la jouer.

Elle pouvait le dire, elle était immortelle après tout. Elle faisait ce qu'elle voulait, quand elle voulait. Si une envie la prenait de se jeter du cinquième étage, elle le faisait, si elle voulait nager dans le lac par une température glacée alors que des créatures étranges étaient dans cette eau, elle le faisait. Elle ne pouvait rien craindre. Mais pas eux. Ils devaient surtout profiter de la vie tant qu'ils l'avaient encore. Bientôt, très bientôt selon la perspective de vie d'Anaïs, ils ne seraient plus là. Elle se retrouverait seule, avec d'autres vampires pour lui tenir compagnie peut être. Elle desserra les poignets de Mutt qui pleurait de douleur, en sermonnant, même si le terme est un peu faible, la rouge. Elle respira un bon coup, ne jamais l'énerver quand elle était comme ça si vous teniez à votre vie. Voilà ce que son regard indiquait, ses yeux rouges sang scrutant Mutt qui parlait, mais elle ne l'écoutait pas, elle était bien trop occupée à se maîtriser. Une fois qu'on a goûté à quelque chose, on en veut toujours plus. Voilà ce qui se passait avec le sang, elle avait de plus en plus de mal à s'arrêter à chaque fois. Ne pas tuer la personne qu'elle mordait, elle sentait qu'elle y arrivait moins ou voir plus. Mais soudain, Cloé dit quelque chose qu'il ne fallait pas dire. Surtout pas. Sur la 'Anaïs je n'ai pas les grandes quenottes et les yeux rouges', ça aurait passé, mais sur Anaïs dans cet état, même un fou n'aurait pas essayé. Elle montra ses crocs et plissa son nez, elle pouvait s'énerver très, très facilement. Son emprise sur Mutt se resserra encore

Tais toi.

A ces deux mots, Anaïs ferma avec une violence et une force vampirique sa main gauche qui malheureusement se trouvait sur le bras où se situait la marque de Mutt. Son geste était si brusque, si puissant que ce qui devait arriver arriva.

CRACK !

Automatiquement, Anaïs se plaça elle même une main sur ses yeux et une autre se pinçant le nez, elle savait ce qu'elle avait fait. Elle venait de casser le bras de Mutt et pas banalement, le pauvre allait devoir subir une fracture ouverte. Et l'autre problème était que la main avec laquelle elle venait de blesser Mutt était imbibé de sang et que c'était exactement celle ci qui pinçait son nez. Ça ne servait à rien. Elle enleva ses mains de son visage, regardant un moment celle couverte de sang. Elle jeta ensuite un regard noir à Cloé, si elle ne tenait pas à sa vie c'était bien joué. Elle regarda le bras de Mutt avec ses yeux assoiffés, elle n'avait pas voulu le blesser. Ce qui avait maintenant pour bras, c'était... Immonde. Elle esquissa une grimace de dégoût.

Mutt ! Je suis... Ho merde, c'est horrible ce truc, je suis désolée. Je voulais pas ! Tu sais bien que je ne me contrôle pas ! Merde, merde, merde ! Je ...


Oui, elle commençait à paniquer, surtout parce que l'odeur du sang montait à ses narines et qu'elle savait qu'elle ne pourrait pas résister. Surtout que le sang de Mutt n'était pas mauvais. Loin de là.


Elle inspira profondément en fermant les yeux... Mauvaise idée. Elle bloqua vite sa respiration, mais ça ne changeait rien. L'odorat d'un vampire, la vue d'un vampire, la force d'un vampire, l'immortalité d'un vampire et tout le reste, elle s'en voulu soudainement d'être comme cela. Elle s'accroupit et donna un coup violant de la paume de la main par terre, la forme de cette paume s'incrusta dans le sol, le faisant légèrement trembler. Quand elle était énervée et quand plus elle se retenait de sauter sur quelque chose pour le vider de son sang, ses capacités étaient à leurs maximums. Elle se releva, essayant de ne pas prêter attention au sang qui coulait à flot.

Mutt ! Essuies moi ça ! Et...

Elle coupa net à ses paroles, n'importe quoi, elle venait de lui péter le bras et elle voulait encore qu'il enlève le sang. Elle soupira d'agacement. Ses yeux devenaient de plus en plus rouge et ses canines de plus en plus longues. Il fallait trouver quelque chose avant qu'elle ne puisse plus se retenir. Elle pourrait le tuer. Lui et Cloé qui parlaient de tuer d'ailleurs... Ils allaient être servis, elle espérait juste quand sortant ce soir ils s'étaient attendus à mourir et ne plus rentrer. Elle ferma les poings, ses ongles s'enfoncèrent dans la peau de sa paume. Anaïs essaya de penser à des choses calmes, reposantes... Le lac, la neige, le vent, Tylor... Ah non ! Pas Tylor ! Brusquement, sans savoir pourquoi d'ailleurs, elle donna un coup dans le lampadaire qui se trouvait à côté et celui ci fut déraciné sous la force de son action.* Calme toi, tu fais n'importe quoi. Cloé va avoir peur de toi après. Elle qui aimait les vampires, elle va vite les détester... *.

Elle s'approcha du Jaune, et rapidement mordit son pouce dont quelques gouttes perlèrent, elle le tendit ensuite vers la bouche de Mutt.

Tu sais ce qu'il faut faire, prend ce qu'il te faut et part pitié, enlève moi tout ce sang.

Elle lui jeta un regard presque suppliant. En l'a voyant, à part le lampadaire, le bras de Mutt et la marque dans le sol, on pouvait presque croire qu'elle allait bien. Son visage était plutôt détendu. Mais se retenir n'était pas une question de sérénité, mais juste de souffrance, pas la souffrance physique, la souffrance mental. L'envie de se haïr soit même pour ce que l'on fait et ce que l'on est. Elle ne prêtait pas attention à la souffrance de Mutt ou la surprise de Cloé. Etait elle folle au point d'être suicidaire ? Il était pourtant normal de ne pas énerver ou dire quelque chose à une personne en face de vous qui en plus d'avoir des crocs d'une taille déraisonnables avait des yeux d'un rouge flambant...










Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcomehome.forumpro.fr
Gryffondor - 7ème annéeavatar

Parchemins envoyés : 147
Humeur : Fascinée ... Vive le Chocolat l' Héroine et la Vodcka.
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h : Hé nan ! =)
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Ven 9 Jan - 22:45

Je vais le faire, moi. Je joue. Même si cela ne convient à personne ici. Je vis dignement. Sans remords. Sans regrets. J'en profite.

Mutt venait de se casser le bras sous la pression d'Anais la ... vampire. Désormais, plus aucun doute n'était possible. Pas après, avoir fait un trou dans le sol et tordu un lampadaire. Un vampire ... Tout ce que Cloé attendait de surcroît. La jaune paraissait étrangement calme malgré sa terreur qui semblait bouillonner en elle. Bien sur que le l'odeur du sang glui montait au nez, il y en avait partout. Et ses mains en étaient couvertes. Mutt, sur le côté, n'allait pas spécialement bien non plus.

La Gryffondor soupira, puis se dit qu'il faudrait, quand même, qu'elle aille les aider. Tous les deux. Malgré ce qu'il lui avait dit auparavant. Surtout Mutt à vrai dire. Qu'importe, c'était la seule en ce moment à pouvoir faire quelque chose de correct. Après, elle n'aurait plus qu'a partir, faire ce qu'elle voudrait et ne pas oublier cette soirée. Non, hors de question, il ne fallait pas qu'elle oublie. Anais la vampire et Mutt. Mutt ... Après tout, qu'avait t-il du faire pour lui plaire. Qu'avait t-il fait de si horrible que ça ? Tuer ? Non, vraiment pire. Lui même en avait honte. Il disait qu'il n'était plus vraiment autant humain qu'avant. Était ce vrai ? Sans doute ... En tout cas, à ce moment précis, il pleurait avec le bras complètement destroy ...

Je pense que malgré tout ce que vous pensez de moi, je suis la seule à me contrôler. En ce moment en tout cas. Elle parlait d'une voix détachée. Mutt, tu auras des remords plus tard. Et je verrai moi même ce qu'il faut que je choisisse pour moi. Ne bouge pas en tout cas ... Je penses pas non plus que tu en ai particulièrement envie non plus bien que bientôt, tu n'auras plus rien. Ne m'envies pas. Suivre la voie du bien n'est pas de tout repos non plus.

Elle se fit un clin d'oeil pour elle même. La dernière phrase, elle l'avait dit en souriant. Signe que, désormais, ça n'avait plus trop d'importance. Elle oubliait ce qu'elle désirait oublier et ne retenait que l'essentiel. Quitte à se tromper. Bien qu'après tout ça, réfléchir devenait vraiment plus simple ... Elle l'assumerais.

Cloé attrapa un pan de son gilet et l'enleva. La jeune fille s'approcha d'Anais qui restait silencieuse. Elle avait donné son pouce à l'autre Pouffy. Ha ... Le sang vampirique. Magique ? Une sorte de magie en tout cas ... Elle l'avait lu dans le peu de livres qu'elle trouvait sur le sujet. Sans doute avait t-elle honte, d'une part, d'être ce qu'elle était. Mieux ne valait t-il rien dire. Ça n'aggraverait pas plus les choses, déjà au point point où elle en étaient ... Tout en tendant le morceau de tissus à la Pouffousfle, elle lui attrapa inutilement les mains. La jaune ne résista pas, tant mieux. Elle aurait pu le faire, se mettre encore sur la défensive ...Ça n'aurait pas été une bonne idée. Bien sur, elle savait pertinemment que ça ne servait à rien mais au moins, elle pourrait les essuyer mieux que si elles étaient restées sur son visage. Elle respirait par secousse, tout ce qu'elle voyait mais surtout sentait ne lui convenait pas du tout.

Ferme les yeux. Si tu t'en veux, je pense que c'est ton droit mais ... C'est une mauvaise idée.

Lui dit t-elle doucement. Que cela lui apporterait t-il ? Rien. Mais elle serait sans doute plus calme si elle ne voyait pas, en plus, la rouge lui essuyait ce qu'elle adorait malgré son état d'angoisse.

Par petits mouvements, Cloé finit par nettoyer les deux mains de la vampire avant d'essuyer les siennes sur le pan de tissus désormais complètement taché. On entendit une légère explosion avant de voir le silence revenir sur l'allée. Elle venait de le faire disparaître pour éviter qu'Anais ne puisse sentir quoi que se soit avec le sang de Mutt. Pour arranger les choses comme on dirait aussi bien ... Le jeune homme avait l'air de bien s'en remettre. Son bras ne saignait plus. C'est bon, elle n'aurait pas besoin de l'aider, elle aussi. Anais lui vaudrait quelque chose, maintenant qu'elle connaissait sa véritable identité, personne de sensée n'aurait osé faire ce que la rouge venait de faire. Pas, en plus, avec du sang à côté. On ne retiendra, dans l'histoire, que le fait qu'Anais est un vampire.

J'aurais préféré que tu me le dise comme ça. Ça aurait sans doute été bien plus simple. Mutt, tu ne veux donc pas que je devienne inhumaine. Tu me dis faible. Je n'aurai plus peur de toi. Silence. Tous les trois se fixaient. Non, arrêtez de me sautez dessus à la moindre parole. Laissez moi terminer. D'un côté, Ana, je ne dirais rien. Je n'ai rien à dire sur ce sujet. D'un autre, je suis libre. C'est subjectif non ? Libre de quoi ? De qui ? Mes choix ne changeront en rien au moment où je l'aurais décidé. Je veux que tu m'apprennes, si besoin ai. Ne criez pas s'il vous plaît. Et ne dîtes rien. Arrête de t'en vouloir Mutt, s'il te plaît ... Continuez à faire ce que vous devez faire, sans vous en vouloir continuellement. Même après les pires choses, même si la ... lumière vous paraît lointaine. J'aimerais que vous arrêtiez de vous remettre en cause tout le temps.

Elle détourna son regard. C'était si ... extravagant. Bien sur que ça arrivait mais tout de même. Sans doute n'aimeraient t-ils pas ces paroles. Bah ... Il faudrait qu'ils se mettent ça tous les deux dans la tête. Pour elle, c'était fini. Ce qu'elle devait savoir, elle le savait.

Risquer sa vie de temps à autre permet de reconsidérer les choses. Elle lança :

J'avais raison, d'une certaine manière. La vie est un jeu, notre existence une des façon de gagner la partie. En profiter est aussi une bonne chose.
Puis, pour de bon cette fois ci. Les mains dans les poches, Cloé s'éloigna de l'allée où ils se trouvaient. La tête droite et décidée de faire ce qu'elle choisirait par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mes-idees-and-you.skyrock.com/
Poufsouffle | Préfet | Adminavatar

Parchemins envoyés : 569
Humeur : Malsaine
Année : 7ème année
photo d'identité du sorcier : :


_ T o u j o u r s . p l u s
_ Q u i d d i c h :
_ Y o u & M e :

MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   Sam 10 Jan - 21:53

    Et ce qui devait arriver, arriva. Anaïs s'énerva un peu trop et lui explosa le bras. Au sens propre du terme. Mutt hurla comme un damn. Lorsqu'Anaïs lui lâcha le bras, le garçon s'effondra par terre. Il ferma les yeux, n'osant pas regarder le résultat que ca devait donner, mais il sentait bien le sang couler sur lui, et avec cette douleur ignoble, il se doutait que ca ne devait pas être beau à voir. Pour ce qui se passa ensuite, il ne s'en préocuppa pas vraiment. Il s'arrêta alors de hurler, colla son membre meurtris contre lui. Mutt continuait pourtant de gémir. Des larmes de douleur coulant sur ses joues. Il leva un regard vers les deux autres filles. Il vit Anaïs essayer de se contrôler pour ne pas le mordre. Manquerait plus que ca... Il avait la tête qui tournait. Il se décida de baisser un regard vers son bras. Peut être qu'il n'aurait pas dut. Il pendant dans un état lamentable. Il était même méconnaissable. Une vrai compote. Il n'osa même pas se demander ce que ce truc là c'était ou cet autre truc... Il se sentit prit d'un malaise. Non, il n'allait pas s'évanouir quand même ? Il vit alors qu'on lui tendit quelque chose. C'était le doigt d'Anaïs. Mais oui ! Il attrapa son poignet de sa main valide et porta son doigt à ses lèvres. Il y préleva le sang et l'avala. Après ca, il repoussa sa main d'un air dégoûté. Il entendit alors les dernières paroles de Mutt. Il la comprenait.

    Il essaya de reculer en se trainant par terre, mais n'alla pas bien loin. Il se releva un instant en titubant. Il se cogna contre un mur et se laissa glisser doucement. Il essayait de respirer plus calemement. Il savait que l'auto-guérison vampirique n'était pas très agréable. D'ailleurs au craquement que ses os faisaient, ca lui donnait envie de vomir. Il se força à respirer plus calmement. Il baissa un regard pour voir si la guérison commençait à faire effet. D'ailleurs son bras commençait à reprendre forme humaine. Plus de sang... ou alors en surface. Il soupira longuement et leva de nouveau un regard vers les deux autres.

    Il essaya de concentrer son attention sur ce que disait Cloé. Il secoua la tête négativement.

    " Je refuse... Je ne cautionne pas ce genre de chose. Je t'ai déjà dit mon choix. Maintenant fais ce que tu veux... "

    Il s'appuya contre le mur pour se relever et s'approcha d'elle. Il tendit son bras qui se remettait doucement en place, dans divers craquements peu râgoûtant. Mutt observa son bras, qui finissait de se remettre en place, d'un air légérement fasciné. Horrifié mais fasciné. Quand tout redevint à la normale. Il fit bouger ses doigts, avant de faire craquer son poignet dans un geste circulaire. Il baissa de nouveau son regard vers Cloé. Il lui demanda de nouveau, vu que sa question n'était pas passé.

    " Pourquoi tu veux faire ca ? Pourquoi ? Que veux tu te prouver ? Il est vrai qu'être fort, être faible, tout est relatif. Chacun son point de vue... Ce n'est pas parce qu'on peut tuer, parce qu'on est dangeureux qu'on est forcemment fort. C'est avec ca... "

    Il posa une main sur son coeur. Il pensa alors à Aéris, c'était peut être grace à elle, qu'il ne perdait pas totalement la raison et grâce à sa mère, son père... Il lui tourna les talons et se tourna vers Anaïs.

    " C'est dur de tuer... Très dur... Et quand on a jamais tué personne... J'ai crut en devenir dingue la première fois ! "

    Il sortit alors son cran d'arrêt de sa poche et s'avança vers Cloé. Dans un geste fluide du poignet, il tourna la lame vers elle.

    " Prends ce couteau, et plante le moi dans le ventre. "

    Il se tourna vers Anaïs et lui fit comprendre dans un regard qu'il contrôlait la situation. Il se tourna de nouveau vers Cloé et insista :

    " Vas-y ! Plante le moi ! Si ca a l'air si facile, fais le ! Au mieux, le sang que je viens de boire d'Anaïs me fera me régénérer au plus vite. Au pire, tu frappes un organe vital et je meurs sur le champs. Mais après tout... C'est la vie... C'est un jeu ! Alors toi qui a envie de jouer avec le mort... Fais le ! "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Traque. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Traque. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PDLM :: we rule the world :: Londres :: Chemin de Traverse-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit